Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

SASU ou SARL : quelle forme juridique choisir ?

Victoria Grimalid
par Victoria Grimaldi Publié le 6 mars 2023Mis à jour le 9 avril 20249 min. de lect

La SASU et la SARL sont deux formes juridiques très répandues que tout oppose 🥊 ! Mais grâce à leurs nombreux atouts, elles sont toutes les deux capables de vous séduire. Pour bien choisir entre SASU et SARL, vous devez avant tout faire le point sur votre situation et votre projet d’entreprise.

Shine vous aide à trancher entre ces deux opposées : vous trouverez dans cet article un récapitulatif complet des différences entre SASU et SARL. Suivez le guide !

Sommaire
# 1 Le nombre d' associé·es
Forme juridique d'entreprise : que choisir entre SARL et SASU ?

# 1 Le nombre d' associé·es

Un·e associé·e unique en SASU

La SASU est la forme unipersonnelle de la société par actions simplifiée (SAS). Elle est dotée d’un·e seul·e associé·e unique.

Entre 2 à 100 associé·es en SARL

La SARL est une société pluripersonnelle. Pour créer une SARL, vous devez au moins réunir deux personnes. Vous avez la possibilité de rassembler jusqu’à 100 associé·es.

Le récap’ des différences⚡️

➡️ Si vous avez un projet en solo, la SASU est tout indiquée !

➡️ Si vous êtes au moins 2 entrepreneur·es, vous pouvez envisager de créer une SARL.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

# 2 Le fonctionnement quotidien de la société

Un fonctionnement souple et simplifié en SASU

La direction de la SASU

La SASU est dirigée par un·e président·e, personne physique ou personne morale, qui représente la société auprès des tiers. Le ou la président·e de la SASU gère le fonctionnement quotidien de la société. 

La SASU est dotée d’un·e associé·e unique. Son rôle est de prendre les grandes décisions tenant à la gestion de la société.

💡 

La plupart du temps, l’associé·e unique est souvent aussi le ou la président·e de la SASU. Mais ce n’est pas toujours le cas : il est possible de confier la présidence de la SASU à un tiers. 

Dans ce schéma, la gestion sera un peu plus complexe car il faudra organiser la répartition des pouvoirs et tenir des assemblées générales.

La prise de décision en SASU

L’associé·e unique de la SASU n’a de comptes à rendre à personne et peut prendre toutes les décisions seul. Nul besoin d’organiser des assemblées générales ici.

👉 La gestion quotidienne de la société s’en trouve fortement simplifiée.

Les règles de fonctionnement en SASU

La loi ne réglemente que peu le fonctionnement de la SASU.

Cette souplesse de fonctionnement rend donc possible la personnalisation de vos statuts pour définir des règles de fonctionnement qui vous ressemblent.

Un fonctionnement collégial et cadré en SARL

La direction de la SARL

La société à responsabilité limitée est dirigée au quotidien par un·e gérant·e de SARL :

  • un gérant majoritaire s’il détient plus de 50 % du capital social ;

  • un gérant minoritaire s’il détient moins de la moitié du capital social ;

  • un gérant égalitaire s’il détient la moitié du capital social.

La SARL fonctionne également avec des associé·es réunis lors de l’assemblée générale de la SARL. Leur rôle est de statuer sur les décisions d’importance.

La prise de décision en SARL

Le fonctionnement d’une SARL au quotidien est beaucoup plus lent et complexe.

  • vous devez convoquer régulièrement les associé·es pour qu’ils se prononcent sur les grandes décisions ;

  • vous devez tenir des assemblées générales et rédiger des procès-verbaux d’assemblée générale ;

  • vous devez respecter les règles légales en matière de majorité et de quorum pour valider les décisions…

👉 Bref, la SARL implique un fonctionnement collégial où le consensus règne. Vous ne pouvez pas décider seul·e et vous devez composer avec les autres associé·es.

Mais c’est aussi un avantage car vous pouvez bénéficier de l’avis éclairé et de l’expérience de tous les associé·es pour vous aider à prendre des décisions.

Les règles de fonctionnement

En SARL, vous êtes soumis·e à des règles légales : la loi encadre cette forme juridique plus strictement qu’une SASU. 

La SARL est une structure cadrée (certains diront rigide) dans laquelle vous n’avez pas beaucoup de marge de manœuvre pour définir les règles de fonctionnement de la société.

Le récap’ des différences⚡️

➡️ Si vous privilégiez la simplicité et la flexibilité, le fonctionnement souple de la SASU vous ira comme un gant.

➡️ Si la prise de décision à plusieurs ne vous fait pas peur et que vous avez besoin d’une structure cadrée et sécurisante, la SARL vous conviendra.

# 3 Le régime social

Un·e président·e de SASU assimilé-salarié

Le ou la président·e de la SASU a le statut social d’assimilé-salarié. Il est affilié au régime général de la Sécurité sociale. À ce titre, il possède une couverture sociale proche de celle d’un·e salarié·e, exception faite de l’assurance chômage à laquelle il n’a pas le droit.

En revanche, il paie des charges sociales en SASU élevées pour maintenir son niveau de protection sociale (de l’ordre d’environ 75 % de sa rémunération).

🎁 

À savoir : SASU et chômage, un combo gagnant !

La SASU vous permet de bénéficier du maintien total de vos ARE (allocation retour à l’emploi) versées par Pôle Emploi si vous décidez de ne pas vous verser de salaire.

Un gérant de SARL travailleur non-salarié

En SARL, le régime social du dirigeant·e dépend du nombre de parts détenues dans la société :

  • Le gérant majoritaire a le statut de travailleur non-salarié (TNS). Il relève de la Sécurité sociale des indépendants (ex-RSI).

  • Le gérant égalitaire et le gérant minoritaire sont assimilé-salariés (le même statut que le président de SASU).

Le ou la gérant·e majoritaire TNS dispose d’une protection sociale moins bonne que celle d’un assimilé-salarié (notamment pour sa retraite). Cependant, il faut reconnaître que ses cotisations sociales sont moins élevées : elles représentent environ 40-45 % de sa rémunération

Autre différence, le ou la gérant·e TNS doit payer des cotisations sociales minimales même en l’absence de rémunération (ce n’est pas le cas pour les assimilés-salariés).

Le récap’ des différences⚡️

➡️ En SASU, le ou la président·e est toujours assimilé-salarié. Si vous valorisez le fait d’avoir une protection sociale étendue et que vous n’avez pas peur de payer des cotisations sociales élevées, c’est un bon choix.

➡️ En SARL, vous avez le choix : le ou la gérant·e peut être soit assimilé-salarié, soit travailleur non-salarié.

main iconne
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Avec Shine créer sa SASU en ligne n'a jamais été aussi facile 🔥

# 4 Le régime fiscal

La fiscalité en SASU

SASU ou SARL

L’imposition des bénéfices

En SASU, vous êtes imposé·e par défaut à l’impôt sur les sociétés (IS). Le taux d’imposition est de 15 % jusqu’à 42 500 € de bénéfices et de 25 % au-delà.

Une option pour l’impôt sur le revenu est possible sous conditions mais reste limitée à 5 exercices comptables.

👉 Cette option suppose que :

  • la société a moins de 5 ans d’ancienneté ;

  • elle exerce une activité commerciale, artisanale, agricole ou libérale ;

  • elle n’est pas cotée en bourse ;

  • elle emploie moins de 50 salarié·es et réalise un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan inférieur à 10 millions d’euros ;

  • le ou la président·e doit être une personne physique (ou pour les sociétés pluripersonnelles, les droits de vote sont détenus à 50 % au moins par des personnes physiques et à au moins 34 % par le dirigeant ou la dirigeante).

🔎 

Notre article pour savoir comment choisir entre IR ou IS en SASU vous en dira plus sur la fiscalité en SASU.

L’imposition des dividendes

Si l’associé·e unique décide de se rémunérer en tout ou partie en dividendes, il faut savoir que ces derniers sont soumis à une fiscalité spécifique. Vous avez le choix entre :

  • Le prélèvement forfaitaire unique (« flat tax ») à hauteur de 30 % (impôt sur le revenu pour 12,8 % et 17,2 % de prélèvements sociaux).

  • Ou le barème progressif de l’impôt sur le revenu avec un abattement de 40 %.

En SASU et à la différence d’une SARL, il n’y a pas de cotisations sociales à payer sur les dividendes (vous n’avez que des prélèvements sociaux à payer).

La fiscalité en SARL

L’imposition des bénéfices

Concernant l’imposition des bénéfices, la fiscalité de la SARL fonctionne de la même manière qu’en SASU. 

La SARL est imposée par défaut à l’impôt sur les sociétés et peut opter pour une durée de 5 ans maximum pour l’impôt sur le revenu dans les mêmes conditions qu’en SASU.

👨‍👩‍👧‍👦 

Une spécificité propre à la SARL : 

La SARL de famille est une variante de la SARL classique composée uniquement de membre d’une même famille. Ce type de SARL a la possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu sans limites de temps si l’option est approuvée par l’unanimité des associé·es.

L’imposition des dividendes

Le principe global de l’imposition des dividendes reste similaire à celui de la SASU (flat tax ou impôt sur le revenu) mais les dividendes en SARL sont davantage taxés qu’en SASU. 

Le ou la gérant ou la gérante majoritaire de SARL devra payer des cotisations sociales TNS sur les dividendes dépassant les 10 % du capital social (y compris les primes d’émission et les apports en compte courant d’associé).

Le récap’ des différences⚡️

➡️ Si vous envisagez de vous rémunérer en dividendes, la SASU vous permettra de ne pas payer de cotisations sociales sur ces derniers.

➡️ Si les dividendes ne sont qu’un « plus » dans votre rémunération, la SARL pourra vous convenir. Si vous créez une société en famille, vous pouvez vous tourner vers la SARL de famille qui offre une fiscalité avantageuse.

# 5 Le développement de la société

La cession de titres en SASU

Lorsque vous créez une SASU, vous êtes seul·e aux commandes. Mais avec le temps, vous pouvez avoir envie de développer votre société, en faisant entrer de nouveaux associé·es au capital. 

Dans ce cas, la SASU se transformera en SAS. Cette transformation est facile et « naturelle » : il y a peu de formalités à effectuer, surtout si vous avez pris la peine de prévoir l’élargissement potentiel de votre société dès la rédaction des statuts de la SASU. 

Autre avantage, la cession d’actions en SAS et SASU est libre. Le montant des droits d’enregistrement est peu coûteux : ils s’élèvent à environ 0,1 % du prix de vente.

La cession de titres en SARL

En SARL, votre société accueille déjà un certain nombre d’associé·es. Mais vous aurez peut-être besoin de faire entrer de nouveaux associé·es au capital si vous avez besoin de fonds ou de compétences. 

Il faut cependant savoir que la cession de parts sociales en SARL est plus formelle que la cession d’actions en SASU.

D’abord, elle est plus réglementée : la loi impose un certain nombre de formalités et de règles à respecter, avec notamment l’obligation de produire un acte de cession écrit. La plus importante est l’obligation d’obtenir l’agrément de la majorité des associé·es avant toute cession.

Ensuite, la cession de parts sociales est plus onéreuse que la cession d’actions : il vous faudra payer des droits d’enregistrement aux impôts de l’ordre d’environ 3 % du prix de vente.

Le récap’ des différences⚡️

➡️ Si vous envisagez d’élargir votre société, la SASU vous permet de bénéficier d’une cession d’actions libre et peu coûteuse.

➡️ Si vous avez déjà un certain nombre d’associé·es et que les entrées et sorties des associé·es sont limitées, la SARL vous suffira.

# 6 Les formalités et les coûts de création

Les formalités et les coûts de création en SASU

La SASU est une véritable société : au même titre que la SARL, la création d’une SASU nécessite donc d’accomplir un certain nombre de formalités légales :

  • rédiger des statuts ;

  • réunir des apports pour constituer un capital social (minimum 1 €) ;

  • déposer le capital social sur un compte bloqué ;

  • publier une annonce dans un journal d’annonces légales ;

  • immatriculer la société…

👉 La vraie différence entre SASU et SARL réside ici dans la rédaction des statuts. 

En SASU, vous disposez d’une grande liberté pour rédiger vos statuts. La loi n’impose que peu de règles, si ce n’est la nomination d’un·e président·e.

Mais cette liberté peut se retourner contre vous et rendre complexe la rédaction des statuts. Souvent, se faire aider par un professionnel (expert-comptable, juriste, avocat…) s’avère indispensable en SASU. Ce sera aussi indispensable si vous optez pour la rédaction d'un pacte d'actionnaires dans l'optique d'une transformation de votre SASU en SAS.

L’aide d’un professionnel représente un coût supplémentaire à ne pas négliger dans les frais de création d’une SASU.

SASU ou SARL

Les formalités et les coûts de création d’une SARL

La création d’une SARL nécessite les mêmes formalités administratives et légales que la création d’une SASU. Le capital social minimum pour créer une SARL est également de 1 €.

💰 

Petite subtilité concernant la libération du capital social :

En SASU, vous devez libérer au moins 50 % du capital social à la constitution de la société, le reste sous 5 ans. En SARL, vous ne devez libérer que 20 % du capital social à la constitution.

À la différence de la SASU, les statuts d’une SARL sont davantage réglementés par la loi. Il faut suivre un cadre strict pour leur rédaction. 

Vous avez donc moins besoin de faire appel à un professionnel (même si c’est souvent fortement conseillé), ce qui réduit les coûts de création d’une SARL.

Le récap’ des différences⚡️

➡️ La création d’une SASU offre beaucoup de souplesse. Cependant, l’aide d’un professionnel est souvent un passage obligé pour personnaliser vos statuts.

➡️ La création d’une SARL est généralement plus cadrée et un peu moins coûteuse (si vous ne faites pas appel à un professionnel uniquement).

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre SARL en ligne.

# 7 Le statut du conjoint

Pas de statut de conjoint-collaborateur en SASU

La SASU n’ouvre pas la possibilité de faire bénéficier votre conjoint·e du statut de conjoint-collaborateur. 

En revanche, le ou la conjoint·e qui participe à la société peut prétendre à d’autres statuts : celui de conjoint salarié ou conjoint associé.

Le conjoint collaborateur en SARL

La SARL autorise le recours au statut de conjoint collaborateur. 

Grâce à ce statut, l’époux, l’épouse ou le ou la partenaire pacsé·e peut bénéficier d’une protection sociale s’il participe à l’activité de l’entreprise sans être rémunéré. 

Le récap’ des différences⚡️

➡️ Si vous envisagez de faire participer votre conjoint·e à votre entreprise, optez plutôt pour la SARL.

➡️ Si ce n’est pas important pour vous, la SASU vous conviendra.

Récapitulatif des 7 différences SASU ou SARL

✅ 1 associé·e unique en SASU vs 2 à 100 associé·es en SARL.

✅ Un fonctionnement simplifié et souple en SASU vs complexe et codifié en SARL.

✅ Un régime social d’assimilé-salarié pour le ou la dirigeante de la SASU vs un régime social en fonction du nombre de parts détenues en SARL.

✅ Une imposition à l’impôt sur les sociétés pour les deux mais un régime fiscal plus favorable en cas de versement de dividendes en SASU.

✅ Une plus grande facilité de cession de titres en SASU vs en SARL.

✅ Des formalités de création similaires mais parfois un peu moins coûteuses en SARL.

✅ La possibilité de profiter du statut de conjoint-collaborateur en SARL et pas en SASU.

Alors, êtes-vous plutôt SASU ou SARL ?

➡️ La SASU est la forme idéale si vous souhaitez entreprendre en solo mais que vous avez un projet ambitieux. Elle vous permettra de bénéficier d’une bonne protection sociale, d’une fiscalité sur les dividendes intéressante et de possibilités de développement de votre société.

➡️ La SARL se prêtera davantage à vos projets si vous êtes au moins 2 entrepreneur·es. Elle vous permettra de faire des économies sur vos cotisations sociales, de bénéficier d’un fonctionnement sécurisant et cadré et de mieux contrôler les entrées et sorties des associé·es dans la société.

Pour vous aider dans votre décision, nous vous conseillons la lecture de nos articles SAS ou SARL et SASU ou EURL.

Créer une SASU ou créer une SARL, ça vous tente mais vous craignez les innombrables formalités à effectuer ? Pas de panique : les experts de Shine peuvent vous accompagner dans cette nouvelle aventure !


Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

sas-ou-selas

Choisir son statut

SAS ou SELAS : quel statut choisir pour son entreprise ?

14 oct. 2022

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 000 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.4 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
# 1 Le nombre d' associé·es
# 2 Le fonctionnement quotidien de la société