Shine utilise des cookies 🍪 pour une meilleure expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.

Créer son entreprise : comment faire ?

Ecrit le jeudi 12 septembre 2019 par Estelle Petit

Vous vous sentez prêt.e à sauter le pas de l'entrepreneuriat ? Cependant, comme vous l’imaginez, créer son entreprise ne se fait pas d’un claquement de doigts, et l’ampleur de la tâche peut en freiner plus d’un. Pas de panique, nous sommes là pour vous aider et vous guider pas à pas dans la création de votre entreprise.

SOMMAIRE :

ETAPE 1 : AVOIR UN PROJET SOLIDE DE CRÉATION D'ENTREPRISE 

1. De la bonne idée au projet entrepreneurial réfléchi

2. Votre situation professionnelle 

3. Les solutions de financement pour votre projet

ETAPE 2 : BIEN PRÉPARER LA CRÉATION DE L’ENTREPRISE

1. Choisir le bon statut juridique pour son entreprise

2. Définir la domiciliation

3. Ouvrir un compte en banque

ETAPE 3 : LES FORMALITÉS POUR CRÉER SON ENTREPRISE

1. Pour la création d’une entreprise individuelle

2. Pour la création d’une société

ETAPE 1 : AVOIR UN PROJET SOLIDE DE CRÉATION D'ENTREPRISE 

C’est sur cette première étape que repose toute la réussite de votre future entreprise. Rien ne sert de se ruer vers les démarches juridiques et administratives si vous n’avez pas pris le temps nécessaire pour prendre en considération les points suivants : 

1. De la bonne idée au projet entrepreneurial réfléchi

Vous avez une super idée pour vous lancer dans l’entrepreneuriat ? Génial, mais ce n’est que le premier petit pas d’une grande aventure semée d’embûches et de surprises. C’est pourquoi il est l’heure de bien vous y préparer. 

Que votre projet soit innovant (exemple : une start-up dans l’intelligence artificielle) ou basé sur un modèle déjà existant (exemple : l’ouverture d’un restaurant ) il va falloir décortiquer votre idée dans les moindres détails pour en faire un projet d’entreprise viable. 

Pour cela il y a des passages obligés : 

  • Commencez par réaliser une étude de marché : concurrence, future clientèle, état du marché etc… Passez l’environnement dans lequel s’implantera votre entreprise au peigne fin.

  • Attaquez-vous ensuite à monter votre business plan. C’est une étape importante, qui vous sera utile face aux banquiers, investisseurs ou institutions que vous voudrez convaincre plus tard. Il est composé d’une partie économique et d’une autre financière et servira de preuve de la faisabilité de votre projet. 

Au delà de l’étude de marché et du business plan, il y a de nombreuses étapes informelles qui comptent, parfois même plus, dans le développement de votre business : 

  • Parlez de votre projet autour de vous, demandez des avis, observez les réactions. Sans porter trop d’importance à l’avis de votre grande tante sur votre projet entrepreneurial, c’est en en parlant que votre projet se forgera.

  • Rencontrez des experts, des gens dont vous admirez le parcours et dans les pas desquels vous rêveriez de marcher. Contrairement à ceux de votre grande tante, tous leurs conseils sont bons à prendre, autant sur les échecs que sur les réussites qu’ils ont vécu dans leur vie d’entrepreneur.e. 

2. Votre situation professionnelle 

Créer son entreprise peut se faire à n’importe quel âge de la vie. Or il est très important de prendre en compte votre situation professionnelle actuelle avant de vous lancer. Quelle liberté vous laisse-t-elle ? Quelle sécurité financière vous garantit-t-elle face à l’imprévisibilité de votre situation future ?

Situation numéro 1 : vous êtes actuellement salarié·e

Bonne nouvelle, vous êtes dans la situation la moins risquée en termes de revenu ! Il est cependant obligatoire d’examiner minutieusement votre contrat de travail et de faire preuve de la plus grande transparence avec votre employeur avant de vous lancer dans la création d’entreprise. 

En effet certains contrats de travail contiennent une clause d’exclusivité qui vous interdit d’exercer une autre activité que votre activité salariée. Impossible de créer une entreprise en restant salarié dans ces conditions ! Parlez-en à votre employeur, il est possible de supprimer cette clause d’exclusivité pour vous permettre de lancer votre projet.

Il existe aussi dans certains cas une clause de loyauté qui vous oblige à prévenir votre employeur d’un projet de création d’entreprise et qui vous interdit de nuire par votre projet à l’activité de l’entreprise. 

Malgré ces contraintes il existe de nombreux avantages à créer son entreprise en étant salarié. Parmi eux on peut citer le congé pour création ou reprise d’entreprise d’une durée d’un an renouvelable une fois.

Situation numéro 2 : vous êtes actuellement demandeur.se d’emploi

Une période de chômage peut, dans certains cas, être le moment idéal pour créer vous-même votre emploi, au lieu d’en chercher un nouveau. C’est pourquoi vous êtes encouragé.e à monter votre entreprise et avez la possibilité de continuer à toucher vos allocations chômage tant que vous restez demandeur d’emploi et ce jusqu’au terme de vos droits. 

Sous certaines conditions il existe également des aides supplémentaires comme l’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) ou le NACRE (Nouvel Accompagnement à la Création ou la Reprise d’Entreprise).

Vous voulez créer une micro-entreprise ? Par ici pour tout savoir sur le statut d’auto-entrepreneur et le chômage.

Situation numéro 3 : vous n’avez actuellement pas de revenu ou êtes étudiant·e

Créer son entreprise sans apports*** et sans revenu de sécurité est compliqué… mais pas impossible ! Si vous êtes dans cette situation penchez-vous avec une attention particulière sur la prochaine partie, car vous allez de facto avoir besoin d’une solution de financement pour votre projet.

3. Les solutions de financement pour votre projet

  • Le financement personnel

Vous disposez d’une somme personnelle de départ pour lancer votre activité ? C’est l’idéal ! Vous allez pouvoir autofinancer les débuts de votre entreprise et ainsi rassurer les banques et les éventuels partenaires pour la suite de la vie de votre entreprise. 

Cet apport personnel peut également venir de vos proches, on l’appelle la “Love Money”. Votre famille et vos amis peuvent avoir envie de vous donner un coup de pouce. Il peut parfois faire la différence alors parlez de votre projet autour de vous !

  • Le financement participatif (crowdfunding)

Voilà une solution de choix pour ceux qui se lancent dans l'entrepreneuriat sans moyens. Le financement participatif consiste à mettre son financement entre les mains de futurs clients ou de simples donateurs / mécènes sur des plateformes web dédiées comme Ulule, KissKissBankBank ou encore KickStarter

Concrètement vous publiez une présentation de votre projet, établissez une somme d’argent que vous souhaitez atteindre et vous n’avez plus qu’à attendre que les participations atteignent ce montant ! En échange de leur participation, vous offrez aux donateurs une contrepartie : recevoir votre produit en avant-première, une plaquette de remerciement, la participation à un événement etc… ou même une entrée au capital de l’entreprise dans certains cas !

  • Le prêt bancaire

Le prêt est une source de financement fiable et vous offre un partenaire solide sur du long terme. Cependant, pour l’obtenir il faudra être prêt (sans mauvais jeu de mot) ! Armez-vous de votre business plan, préparez votre meilleur pitch et anticipez les questions pièges car les banques n’accordent pas un prêt à n’importe qui ! 

Pour finir, n’hésitez pas à mettre en concurrence les offres de différentes banques et travaillez votre force de négociation pour obtenir le prêt le plus avantageux.

💰

Alternative au prêt bancaire : le micro-prêt de l’Adie

Si votre projet ne permet pas de faire appel à un prêt bancaire, une solution pour financer votre entreprise est le micro-prêt de l’Adie. Il s’adresse à tous les créateurs d’entreprise, toutes situations professionnelles confondues. Vous devez simplement désigner une personne parmi vos proches à même de se porter garante de ce prêt. Le montant du prêt peut aller jusqu'à 10 000 €.

  • La levée de fonds

Plutôt adressée aux entreprises innovantes à fort potentiel de croissance, la levée de fonds consiste à ouvrir son capital à des investisseurs extérieurs. Que ce soit des business angels ou des fonds d’investissement, vous devrez les convaincre que votre projet est une perle rare et qu’il est hautement lucratif. La levée de fonds est une étape complexe qui nécessite une grande maîtrise des enjeux, mais qui peut faire décoller votre projet.

ETAPE 2 : BIEN PRÉPARER LA CRÉATION DE L’ENTREPRISE

Si vous avez franchi tous ces obstacles avec succès c’est que votre entreprise est prête à voir le jour ! Mais avant la création officielle de votre entreprise, il va falloir faire quelques choix stratégiques pour la suite :

1. Choisir le bon statut juridique pour son entreprise

Il existe deux grandes formes juridiques d’entreprise en France : 

a. L'entreprise individuelle

l’entreprise individuelle (EI) s’adresse, comme son nom l’indique, aux créateurs d’entreprise qui souhaitent exercer leur activité seul. C’est la forme juridique la plus souvent choisie car sa création est plus simple et qu’elle ne nécessite pas de capital social*. 

Dans la forme simple de l’entreprise individuelle (EI) les patrimoines personnel et privé du dirigeant de l'entreprise sont confondus. Cela signifie que vous pouvez piocher dans la trésorerie de votre entreprise sans limite mais également qu’en cas de créance, de faillite, votre responsabilité est totale et votre patrimoine personnel peut se retrouver engagé pour rembourser vos dettes professionnelles. 

Cependant il existe deux statuts au sein des EI qui présentent de forts avantages : 

- 170 000 € pour la vente de marchandises

- 70 000 € pour une prestation de services

  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) est un statut qui permet de protéger votre patrimoine personnel des risques financiers de votre activité. Il peut également être avantageux au niveau des impôts, car il vous est possible de payer non pas l'impôt sur le revenu comme toutes les entreprises individuelles mais l’impôt sur les sociétés... Et ce sans avoir à créer de société !  

b. La société

Quelle est la différence entre une entreprise individuelle et une société ? La société est une personne morale** distincte de son créateur alors que l’entrepreneur ne fait qu’un  juridiquement avec son entreprise individuelle. 

Késako ? Qu’est-ce que ça implique ? 

  • On peut créer une société à plusieurs

  • Les démarches de création d’une société sont plus longues et fastidieuses que pour l’entreprise individuelle. 

  • La société doit disposer de son patrimoine propre, totalement décorrélé de celui du ou des créateurs.

  • L’entrepreneur individuel est libre de toute ses décisions, en société il doit suivre des règles établies lors de la création de la société et doit rendre des comptes aux éventuels autres associés.

Il existe différents statuts juridiques pour les sociétés. Voici un aperçu des plus répandus : 

  • La SARL (Société à Responsabilité Limitée) est un statut idéal pour les petites et moyennes structures. Elle se prête en général aux projets d’entreprises familiales. L’entreprise peut comporter en 2 et 100 associés sauf dans sa forme unipersonnelle qui est l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée). 

en savoir plus sur la SARL / EURL

  • La SAS (Société par actions simplifiée)  a l’avantage d’être un statut régi par des règles très souple. Elle se prête aux projets qui visent l’entrée d’investisseurs dans leur capital et le reversement de dividendes. Elle dispose comme la SARL de sa version unipersonnelle : la SASU

en savoir plus sur la SAS / SASU

SA, SNC, SCOP... Les autres statuts sont nombreux et ont chacuns leur lot de subtilités difficilement accessible au commun des mortels. C’est pourquoi nous vous conseillons de vous renseigner, de demander conseil, ou de vous faire accompagner par des professionnels dans le choix du statut de votre entreprise.

👋

Shine vous met en contact avec des experts comptables partenaires inscrits à l’ordre pour vous permettre d’être conseillé.e à chaque étape de votre activité.

2. Définir la domiciliation

Le lieu de domiciliation de votre entreprise n’est autre que son adresse administrative officielle. Lorsque vous allez créer votre entreprise vous allez devoir indiquer l’adresse de votre siège social. Cela peut-être : 

  • Le domicile d’un des dirigeants

  • Le local commercial de votre activité

Si vous n’avez de local commercial et qu’il est impossible de domicilier votre entreprise chez vous, d’autres options existent : 

  • Les espaces de coworking proposent en général, en plus d’un espace de travail, un service de domiciliation 

  • Les sociétés de domiciliation proposent leur adresse comme siège social aux entreprises contre un loyer mensuel ou annuel. Vous y disposez d’une simple boîte postale et généralement de services annexes de gestion. 

  • Vous pouvez également sous certaines conditions établir votre siège social au siège social d’une autre entreprise.

Le lieu de votre siège social est important car il impacte la nationalité de votre entreprise, la fiscalité applicable ainsi que les tribunaux compétents en cas de litige.

3. Ouvrir un compte en banque

L’ouverture d’un compte professionnel n’est obligatoire que pour les sociétés et l’EIRL. Cependant disposer d’un compte (qui peut être un simple compte courant) dédié à son activité est obligatoire pour toutes les formes d’entreprise (si votre chiffre d’affaires annuel dépasse les 10 000€ durant deux années consécutives pour les entreprises individuelles).

Si vous choisissez une banque traditionnelle il vous faudra faire une pré-ouverture de votre compte professionnel avant l’immatriculation de votre société. Si au contraire vous choisissez une néobanque telle que Shine, les démarches seront plus simples et plus rapides, l’ouverture de votre compte se fera en même temps que le reste des formalités que vous allez découvrir dans la suite de cet article.

🤝

Avec Shine Start, vous êtes accompagné.e de A à Z dans la création de votre entreprise aussi bien sur la partie financière et bancaire que sur les volets juridiques et administratifs.

ETAPE 3 : LES FORMALITÉS POUR CRÉER SON ENTREPRISE

Vous avez à présent toutes les clés en main pour créer votre entreprise. Alors on s’y met ! 

L’institution chargée de réunir tous vos documents est votre CFE (Centre de formalité des entreprises). Votre CFE dépend de votre secteur d’activité

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour entamer cette démarche administrative : 

  • En autonomie sur www.guichet-entreprises.fr/ 

  • En autonomie et en physique en déposant directement votre dossier complet auprès de votre CFE

  • En passant par les services d’un expert-comptable ou d’un avocat

  • En utilisant le service Shine Start comme guichet unique vous serez mis en relation avec notre partenaire expert-comptable qui va vous simplifier la vie en vous accompagnant de A à Z dans les démarches administratives.

1. Pour la création d’une entreprise individuelle

Les formalités à réaliser pour créer une entreprise individuelle vont, après toutes ces étapes de préparation, être finalement assez simples. Voici les documents et informations que vous allez devoir fournir, quelle que soit la démarche que vous choisissez : 

  • Les informations relatives à votre personne et votre entreprise demandées dans le formulaire P0 de création d’entreprise

  • Une copie de votre pièce d’identité

  • Un justificatif d’occupation des locaux qui prouve que vous occupez bien vos locaux si vous y avez domicilier votre entreprise. 

  • Une déclaration de non-condamnation qui atteste que vous ne faites l’objet d’aucune condamnation qui puisse vous interdire de gérer une entreprise. Vous en trouverez un modèle type: asset-hyperlink id: c4EYrc0ZPCsNy4Aoc0bXASY.

2. Pour la création d’une société

La création d’une société est plus complexe que celle d’une entreprise individuelle. C’est pourquoi vous allez devoir préparer certains documents et démarches préalables à la création de l’entreprise.

  • La rédaction des statuts : les statuts sont l’acte juridique qui régit l’organisation et le fonctionnement de votre entreprise. Leur rédaction est donc une étape primordiale et à réaliser avec une grande précision. C’est pourquoi nous vous conseillons très fortement de faire appel à un professionnel pour les rédiger. Vous gagnerez du temps et éviterez des erreurs qui peuvent avoir de lourdes conséquences.

✍️

Notre service Shine Start vous propose de prendre en main la rédaction de vos statuts. Vous n’aurez qu’une fiche de renseignement à nous transmettre et nous nous chargeons de tout mettre en forme dans les meilleurs délais.

  • Le dépôt de capital : la signature des statuts entraîne la possibilité de libérer les apports en numéraire. C’est à dire de constituer, sur un compte bancaire, le patrimoine de départ de votre future entreprise. 

Avec Shine Start, nous avons fait du dépôt de capital un jeu d’enfant : vous téléchargez Shine et créez votre compte en 5 minutes, vous nous transmettez vos projets de statuts , et vous transférez les fonds par virement sur le RIB indiqué. Vous recevrez votre attestation de dépôt dans les 72h, les fonds seront transférés sur votre compte pro Shine et… C’est tout ! 

  • L’annonce légale est une façon d’annoncer publiquement la création de votre entreprise, mais dans les faits c’est surtout une simple obligation juridique. Choisissez un journal ou un site web du département de votre siège social et publiez y les informations obligatoires. Après cette publication vous recevrez une attestation de parution dont vous aurez besoin pour compléter votre dossier de création d’entreprise.

  • Déclaration des bénéficiaires effectifs : il s’agit de déclarer toutes les personnes physiques qui contrôlent votre société (de manière directe ou par le biais d’une société tierce). 

En fonction du type de société que vous souhaitez créer il se peut que vous ayez besoin de transmettre d'autres documents. Chez Shine nous pouvons vous accompagner dans la création des société de type SAS / SASU ou SARL / EURL. Si vous choisissez un autre statut, rapprochez vous de votre CFE ou de votre expert-comptable pour connaître les documents supplémentaires à fournir.

En plus de tous ces documents spécifiques à la création d’une société vous devrez également transmettre : 

  • Les informations relatives à votre personne et votre entreprise demandées dans le formulaire M0 de création d’entreprise

  • Une copie de votre pièce d’identité

  • Un justificatif d’occupation des locaux qui prouve que vous occupez bien vos locaux si vous y avez domicilié votre entreprise. 

  • Une déclaration de non-condamnation qui atteste que vous ne faites l’objet d’aucune condamnation qui puisse vous interdire de gérer une entreprise.

Si votre dossier est complet et valide vous n’avez plus qu’à attendre de recevoir par voie postale votre extrait Kbis****. Ce document est l’acte de naissance de votre entreprise ! 

Dès lors, votre compte pro Shine sera effectif et vos fonds libérés !

Félicitations ! 🎉  Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance dans votre projet ! 🍀

LEXIQUE

  • *Dépôt de capital / capital social : Le capital social d’une entreprise est l’ensemble de toutes les ressources (ie apports, voir définition suivante) assignées à une entreprise lors de sa création. Le dépôt de capital, c’est le fait de déposer sur un compte bloqué cette somme de départ. Le dépôt de capital fait partie des étapes obligatoires à la création d’une société.

  • **Personne morale : c’est une construction juridique qui acquiert juridiquement les mêmes droits qu’une personne physique - que vous ! Les personnes morales ont un nom, un domicile, une nationalité etc... Les sociétés sont des personnes morales alors que les entreprises individuelles n’en sont pas et leur existence est entièrement liée à votre personne physique.

  • ***Apports : Les apports sont les ressources en numéraire (somme d’argent), en nature (ex : véhicule) ou en industrie (ex : brevet) mises au capital d’une société lors de sa création par les associés. Le montant des apports remis par chaque associé va définir ses parts (pour les SARL/EURL) ou ses actions (pour les SAS/SASU) dans l’entreprise.

  • ****extrait de Kbis : il s’agit de la seule vraie preuve d’existence de votre entreprise. Il comporte toutes les informations la concernant, comme une carte d’identité. Petite précision, pour les entreprises individuelles on parle d’extrait K et pour les sociétés d’extrait Kbis.

Shine est le copilote des indépendants, c’est pourquoi nous avons créé le groupe Shine Community, pour répondre à toutes vos interrogations. Alors n’hésitez pas à nous rejoindre !

Inscrivez-vous à la newsletter


Derniers articles, événements, bons plans : pour recevoir les dernières actualités de Shine, inscrivez-vous à la newsletter !