Shine utilise des cookies 🍪 pour une meilleure expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.

Comment faire une étude de marché ?

Ecrit le mardi 12 novembre 2019 par Pauline Chapel
Avec Shine, dites adieu aux lourdeurs bancaires et aux tracas administratifs et comptables.

Quand on veut créer son entreprise, on peut se sentir un peu perdu·e au début. 

L’une des étapes essentielles est l’étude de marché. Vous ne savez pas par où commencer ? Pas de panique, nous vous expliquons tout. Analyser son marché n’est pas particulièrement compliqué. Il s’agit simplement d’être méthodique. 

L’étude de marché : définitions

L’étude de marché, qu’est-ce que c’est ?

L’étude de marché, c’est la récolte d’informations et l’analyse approfondie de l’environnement, de l’offre et de la demande. C’est une étape indispensable pour lancer votre business

À quoi sert une étude de marché ?

À valider la faisabilité de son projet.

Qui s’en charge ?

Cela dépend du budget que vous souhaitez allouer à cette étude. Vous pouvez déléguer votre étude de marché à un consultant ou décider de vous en occuper vous-même. 

Comment s’y prendre concrètement pour réaliser une étude de marché ?

Dans une étude de marché, il y a 3 enjeux majeurs à analyser : le secteur d’activité, l’offre et la demande.

L’analyse du secteur

Avant de vous lancer, vous devez étudier votre marché et plus particulièrement l’environnement dans lequel vous vous inscrivez, c’est-à-dire le contexte politique, économique, social, technologique, écologique et légal. 

Pensez aussi à analyser la tendance de votre marché : émergent, en croissance ou en déclin. Gardez à l’esprit que plus vous aurez d’informations, plus vous augmenterez vos chances de succès.

💡

Chez Shine, nous avons déniché pour vous 3 outils plutôt pratiques pour y parvenir :

  • Google Alerts vous alertera sur vos sujets préférés (gratuit) ;

  • Synthesio récoltera la donnée issue des réseaux sociaux (sur devis) ;

  • Digimind analysera pour vous les tendances du marché (à partir de 499€/mois).

L’analyse de la demande

C’est la partie la plus importante : vous devez vous assurer qu’il y a une demande. En clair, vous devez vérifier que des personnes sont susceptibles d’être intéressées par votre produit ou votre service.

Votre objectif est d’identifier vos clients ainsi que leurs habitudes de consommation ou d’utilisation. 

Comment ? En utilisant deux types d’étude : l’étude quantitative et l’étude qualitative.

👉 L’étude quantitative est une approche globale essentiellement composée de chiffres et de statistiques. C’est une étude adressée à un large panel de consommateurs permettant de répondre aux questions : Qui ? Quand ? Où ? Comment ?

Vous pouvez par exemple administrer un questionnaire auprès d’un large échantillon de prospects : par téléphone, mail, internet ou courrier en fonction de votre cible et de votre budget.

👋

Comment différencier questionnaire, sondage et baromètre ?

  • Le questionnaire est une enquête contenant une série de questions auxquelles on doit répondre.

  • Le sondage se définit comme une enquête statistique dont le but est de connaître, à un moment donné, la manière dont se répartissent les opinions individuelles à propos d’une question donnée. 

  • Le baromètre est un questionnaire administré à intervalles réguliers à un échantillon de la population, également appelé “panel”. Il enregistre les variations et indique la tendance d’un phénomène.

Nous vous conseillons également de vous rapprocher d’organismes spécialisés (l’INSEE étant le plus connu) pour récolter ces données chiffrées. 

👉 L’analyse qualitative est plus approfondie et concerne un plus petit échantillon. L’objectif est de comprendre le comportement des consommateurs, en les observant ou en leur posant des questions très précises. Il s’agit dans ce cas-là de répondre à la question : Pourquoi ? Par exemple : pourquoi consomme-t-il ce produit plutôt qu’un autre ? Pourquoi achète-t-il ce produit ? Pourquoi n’achète-t-il pas celui-là ? etc.

Vous pouvez collecter et traiter ces informations via des entretiens en face à face ou en petits groupes, sous la forme d’ateliers ou en immersion. Vous pouvez également récolter ces informations grâce à la méthode de l'observation.

💡

Pour vous aider à récolter ces précieuses données, nous vous proposons 5 solutions clé en main :

  • Google Keyword Planner est très efficace pour analyser les attentes du marché (gratuit) ;

  • MakeMyPersona vous permettra de créer des profils type (gratuit) ;

  • Temper vous aidera à analyser les retours utilisateurs (à partir de 12€/mois) ;

  • SurveyMonkey et GoogleForms sont des sites de sondages (gratuit).

L’analyse de l’offre

La dernière étape de votre étude de marché va consister à analyser l’offre déjà présente sur le marché, c’est-à-dire celle de vos concurrents. Qui sont-ils ? Combien sont-ils ? Quels services additionnels proposent-ils ? A quel prix ? Quelles sont leurs parts de marché ? 

💡

Nous vous avons concocté une dernière sélection triée sur le volet et rien que pour vous :

  • SeeUrank identifie les acteurs majeurs du marché (39€/mois, les 15 premiers jours sont offerts) ;

  • Paarly permet d’analyser les concurrents sur le marché (260€/mois, les 10 premiers jours sont offerts).

Si vous voulez allez plus loin, vous pouvez également aller faire un tour sur BuzzSumo, l’outil de détection des prescripteurs et influenceurs (gratuit avec des fonctionnalités payantes).


Une fois votre étude de marché réalisée et concluante, vous pouvez passer à l’étape du business plan.

Les pièges à éviter lorsque l’on fait une étude de marché

Avant de vous quitter, nous vous avons listé les pièges les plus fréquents à éviter : 

  • Ne pas étudier votre marché. Si vous pensez que cette étape est inutile, vous allez très probablement vous heurter à la dure réalité du marché : pas de réel besoin, un marché saturé, des contraintes réglementaires, etc.

  • L’effet de halo, c’est-à-dire voir uniquement ce que vous voulez bien voir. Il est très fréquent d’avoir des biais quant à son propre projet. Il faut vous obliger à prendre du recul et, surtout, à entendre et prendre en compte les retours de vos consommateurs / utilisateurs. Ce sont eux qui décident et c’est la réussite de votre entreprise qui en dépend.

  • Aller trop vite. Si vous bâclez votre analyse de marché, vous risquez de n’avoir qu’une vision partielle et votre idée pourrait bien ne jamais voir le jour. Prenez le temps d’étudier et d’analyser chaque aspect de votre marché.

  • Utiliser internet comme unique source d’information. Multipliez les pistes : sondages terrain, enquêtes Facebook, INSEE…

  • Être méfiant·e. Naturellement, vous aurez envie de garder votre idée pour vous, de peur qu’on vous la vole. En faisant ça, vous vous priverez des retours de votre cible et vous vous pénaliserez encore plus. Sachez que l’idée ne fait pas tout. C’est la mise en place de votre idée (en lien avec les attentes de votre marché, toujours) qui fera la différence. 

Quelques astuces pour une étude de marché réussie

  • Soyez créatif·ve quand vous testez votre marché. Les jus de fruits Innocent par exemple, ont brandi une pancarte « devons-nous quitter nos jobs pour lancer des boissons saines ? » à la sortie d’un festival. Ils ont mis à disposition une poubelle « oui » et une poubelle « non ». Résultat, la poubelle « oui » était remplie. Ils se sont donc lancés !

  • Soyez capable de répondre à la question : pourquoi vous ? Ainsi, vous mettrez en avant vos avantages concurrentiels. Vous parviendrez à vous démarquer et pourrez fournir la preuve que votre offre répond mieux (ou différemment) aux attentes de vos utilisateurs.

  • N’y passez pas non plus trop de temps. Il vaut mieux lancer une version "beta" la plus aboutie possible puis vous nourrir au maximum des retours de vos utilisateurs pour l'adapter encore plus à leurs attentes. Ainsi, vous aurez plus de chances de faire décoller votre activité.

Maintenant que vous avez toutes les clés, nous vous laissons bûcher 😉

La néobanque qui libère les entrepreneurs

Découvrez Shine, la néobanque des entrepreneurs

Dites adieu aux lourdeurs bancaires et aux tracas administratifs et comptables.