Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Ouverture d’un cabinet paramédical : le mode d’emploi

Karine Mallet
par Karine Mallet Publié le 22 mars 2023Mis à jour le 31 mai 20235 min. de lect

Vous exercez une activité paramédicale et vous souhaitez ouvrir votre propre cabinet ? Que vous soyez infirmier·e, kinésithérapeute ou orthophoniste, vous avez raison de vous lancer : la demande est forte et les centres paramédicaux se font rares dans certaines régions. Mais ouvrir un cabinet paramédical n’est pas un long fleuve tranquille. Vous devrez respecter des règles strictes et suivre des étapes clés.

Prêt·e ? C’est parti !

Sommaire

1. Posséder un titre ou un diplôme reconnu 🎓

2. Étudier le marché 🔎

3. Construire un projet viable 🔨

4. Concrétiser son projet ✨

5. Effectuer les formalités administratives 🗂️

6. Trouver sa patientèle 🗣️

Ouvrir un cabinet paramédical : en bref !

ouvrir-cabinet-paramedical

1. Posséder un titre ou un diplôme reconnu 🎓

Les activités paramédicales sont réglementées lorsqu’elles nécessitent un diplôme ou un titre pour être exercées. Vous devez vérifier que vous êtes bien en possession du diplôme ou titre adéquat.

Ces professions sont regroupées par catégories dans les professions libérales réglementées :  

  • Les soignant·e·s (aides-soignant·es, infirmier·es...) ;

  • Les métiers de rééducation et de réadaptation (ergothérapeute, kinésithérapeute…) ;

  • Les métiers de l’appareillage (audioprothésiste, prothésiste dentaire…) ;

  • Les professions médico-techniques (ambulanciers, secrétaires médicales…).

Vous possédez bien l’un de ces titres ? Alors, vous pouvez passer à l’étape suivante ! 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Le compte pro tout-en-un pour votre activité paramédicale.

Découvrir Shine

2. Étudier le marché 🔎

Faire une étude de marché

Cet examen permet de vérifier si votre projet est rentable et capable de tenir sur le long terme. Pour réaliser une étude de marché, il faut se poser des questions sur ses concurrent·e·s. Vous devez réfléchir à la façon de vous démarquer, tant sur le plan géographique (être là où ils ne sont pas) qu’en matière de services proposés. 

Si vous êtes kinésithérapeute, vous pouvez, par exemple, vous spécialiser dans les pathologies sportives. Vous pouvez aussi ouvrir votre cabinet paramédical en dehors des horaires habituels, le week-end ou instaurer le soin à domicile.

Se renseigner sur la réglementation en vigueur

Le cabinet paramédical est considéré comme ERP (Établissements recevant du public de cinquième catégorie). Il est donc soumis à des règles d’implantation, d’hygiène et de sécurité. 

Le cabinet médical doit mesurer 17 m2 minimum et comporter au moins deux pièces : une salle d’attente (avec toilettes) et une pièce dédiée aux consultations.

Le local devra également prévoir un accès aux personnes handicapées (portes plus larges et automatiques, ascenseur…).

Vous êtes tenu·e de respecter la confidentialité des informations détenues sur votre clientèle : 

  • Identité ;

  • Coordonnées téléphoniques ;

  • Adresse des client·e·s ;

  • Pathologies ; 

  • Symptômes, etc. 

3. Construire un projet viable 🔨

Estimer ses besoins financiers

Vous devez pouvoir établir un budget avec les coûts initiaux incontournables :

  • Les frais liés au local (achat ou location) ;

  • Les coûts liés au matériel (exemple : monitoring, doppler, coussin de maternité pour les sages-femmes) ;

  • Les charges, taxes et cotisations (charges locatives, électricité, eau, coûts liés à l’installation en libéral) ; 

  • Les charges salariales éventuelles (exemple : si vous embauchez un·e secrétaire) ;

  • Les frais liés au marketing. 

À ce stade, vous pouvez établir un prévisionnel financier pour déterminer si votre projet est viable et rentable sur le long terme.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Découvrez notre template de prévisionnel financier prêt à remplir !

Trouver un financement

L’installation de votre cabinet paramédical nécessite des investissements de départ

Alors, comment trouver cet apport ?

👉 Financement personnel

Vous pouvez financer une partie des frais grâce à vos fonds propres. Pour savoir quel montant vous pouvez investir, il vous suffit de calculer votre capacité d’’autofinancement.

👉 Crédit professionnel 

Il est également possible de déposer une demande de financement auprès de plusieurs établissements bancaires. 

👉 Aides à la création ou reprise d’entreprise 

Accordées à certaines conditions, ces aides de l’État permettent d’obtenir un taux zéro ou des exonérations de charges sociales.

4. Concrétiser son projet ✨

Il ne reste plus que quelques formalités avant de pouvoir passer à la pratique.

Choisir son cabinet paramédical et l’équiper

Vous devez vérifier la facilité d’accès avec des parkings et/ou des transports en commun. Votre cabinet doit être agréable pour vous et vos patient·e·s (luminosité suffisante, sièges confortables dans la salle d’attente, magazines, etc.). 

Il doit être visible et donc bien situé. Un cabinet dans une impasse aura moins de chances d’être connu, même si aujourd’hui, les cabinets paramédicaux ont tendance à se faire connaître en ligne.

Vous avez également besoin de matériel : 

  • Matériel informatique (prise de rendez-vous, encaissement, envoi de documents) ; 

  • Équipements classiques (table de soin, balance, bureau, etc.) ; 

  • Équipements propres à votre spécialité. 

Fixer ses tarifs

Vous avez le choix de signer la convention avec l’Assurance maladie ou non.

Voici vos options : 

👉 En étant conventionné·e secteur 1, vous devrez appliquer uniquement les tarifs fixés par l'Assurance maladie ;
👉 En étant conventionné·e secteur 2, vous pouvez appliquer des dépassements d’honoraires, mais le remboursement se fait uniquement sur le tarif légal ;
👉 Vous pouvez aussi fixer des tarifs non conventionnés et pratiquer les tarifs de votre choix.

Choisir son statut juridique

Ici encore, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Une entreprise individuelle ;

  • Une société, seul·e ou à plusieurs associé·e·s (EURL/SARL, SASU/SAS) ;

  • Une Société d’Exercice Libéral (SEL) ;

  • Une GIE ( Groupement d’Intérêt Économique) ;

  • Une SCP (Société Civile Professionnelle) avec d’autres praticien·ne·s pour une mutualisation des équipements et des charges.

⚠️

Chaque forme juridique a des conséquences en matière de fiscalité et de régime social obligatoire pour le ou la dirigeant·e. Si besoin, nous vous conseillons de solliciter l’aide d’un·e expert·e-comptable pour prendre votre décision. 

5. Effectuer les formalités administratives 🗂️

L’immatriculation de votre entreprise

L’immatriculation de votre entreprise se fait : 

👉 Au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de l’URSSAF si vous créez une entreprise individuelle ;
👉 Au CFE du greffe du tribunal de commerce si vous créez une SEL ;
👉 Au CFE du greffe du tribunal d’instance ou du tribunal de commerce si vous créez un GIE ou une SCP avec d’autres praticien·ne·s.

📌

Pour créer une société, pensez à ajouter les frais de rédaction de vos statuts par un·e juriste et les frais de publication au Journal d’Annonces Légales (JAL) à votre prévisionnel financier.

La souscription d’une assurance civile de responsabilité

La RC Professionnelle vous protège contre les dommages subis par des tiers qui surviennent dans le cadre de votre activité professionnelle.

Vous avez tout intérêt à comparer les offres des compagnies d’assurance pour trouver celle qui paraît la plus adaptée à votre situation.

6. Trouver sa patientèle 🗣️

Comme pour toutes les professions médicales, la publicité commerciale est proscrite.

La communication sur internet, l’inscription sur des plateformes de réservation sont donc indispensables pour vous faire connaître. 

Vous pouvez aussi élargir votre réseau en vous présentant aux autres professionnel·le·s de santé de votre ville ou de votre quartier.

Ouvrir un cabinet paramédical : en bref !

Pour vous installer en tant que professionnel paramédical libéral, six grandes étapes doivent être respectées : 

1️⃣ Posséder un titre ou un diplôme reconnu ;
2️⃣ Réaliser une étude de marché ;
3️⃣ Planifier ses investissements à l’aide d’un prévisionnel financier ;
4️⃣ Choisir son local, ses tarifs et son statut juridique ;
5️⃣ Effectuer les formalités administratives ;
6️⃣ Créer et développer votre patientèle en communiquant de façon efficace.

Une fois que vous aurez trouvé vos client·e·s, vous devrez les garder. Pour cela, nous avons listé sept précieux conseils pour optimiser sa relation client

👉 Et si vous vous sentez psychologiquement prêt·e à vous lancer, découvrez notre offre complète pour créer votre entreprise simplement et à moindres frais : Shine Start ! ✨

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

ouvrir-cabinet-kinesitherapeute

Santé

Comment ouvrir un cabinet de kinésithérapeute ?

08 févr. 2023

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Posséder un titre ou un diplôme reconnu 🎓
2. Étudier le marché 🔎
3. Construire un projet viable 🔨
4. Concrétiser son projet ✨
5. Effectuer les formalités administratives 🗂️
6. Trouver sa patientèle 🗣️
Ouvrir un cabinet paramédical : en bref !