Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Les 7 étapes de l’ouverture d’un cabinet d’ostéopathie

Karine Mallet
par Karine Mallet Publié le 6 mars 2023Mis à jour le 8 juillet 20248 min. de lect

Vous rêvez de remettre les gens sur pieds et de soulager leurs douleurs ? Aucun doute, vous êtes fait·e pour être ostéopathe. Mais avant d’accueillir vos premier·ères client·es dans votre cabinet flambant neuf et de vous joindre aux 39 511 ostéopathes déclaré·es en 2023, de nombreuses étapes vous attendent. Alors, comment ouvrir un cabinet d'ostéopathie sans fausses notes ? 🎶

✨ Nouveau sur Shine : optimisez votre résultat fiscal en maîtrisant parfaitement le sujet des charges déductibles en société avec notre e-book sur-mesure et 100 % gratuit !

Sommaire
1. Obtenir un diplôme en ostéopathie
ouvrir-cabinet-osteopathie

1. Obtenir un diplôme en ostéopathie

Depuis 2007, l’ostéopathie est une profession réglementée et nécessite un diplôme reconnu par l’État.

Il s'agit d'un diplôme obtenu après une formation de cinq ans suivie dans un établissement agréé par le ministère de la Santé (4860 heures).

Pour les médecins, sages-femmes, kinésithérapeutes ou encore infirmier·es qui veulent compléter leur cursus pour pratiquer l'ostéopathie, il est possible de faire une formation allégée avec moins d'heures.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre entreprise en ligne avec Shine.

Découvrir nos offres

2. Explorer le marché en détail

Préparer une étude de marché

Cette première étape est déterminante. Elle permet de vérifier l'existence d’une opportunité dans la zone de chalandise envisagée. 

Pour réaliser une étude de marché, il faut donc se poser quelques questions :

  • Combien de cabinets sont déjà implantés ?

  • Quels tarifs pratiquent-ils ?

  • Quels sont les besoins potentiels en ostéopathie de la population locale ?

  • Quelle est la taille de la population ?

  • Quel est le délai d'attente pour un rendez-vous ?

  • Quels sont les lieux d'implantation potentiels ?

Cette liste non exhaustive vous permet d’en savoir un maximum sur vos concurrent·es et le potentiel de votre activité.

Connaître la réglementation en vigueur

Comme pour toute installation d’entreprise, celle de votre cabinet d’ostéopathie doit respecter quelques obligations :

👉 Procéder à une déclaration auprès de l’ARS du département d’exercice

Une fois votre diplôme en poche, vous devez vous inscrire auprès de l’ARS. Cette formalité est indispensable, que vous soyez indépendant⋅e ou salarié⋅e. 

Elle permet d’obtenir un numéro ADELI qui vous donne le droit d’exercer sur le territoire français.

👉 Respecter les règles de sécurité

En tant que professionnel·le de santé, vous accueillez vos patient·es dans un Établissement Recevant du Public (ERP). Vous devez connaître et respecter les règles auxquelles ces établissements sont soumis. Il faudra notamment posséder un extincteur et installer une alarme incendie.

👉 Se conformer à la protection des données personnelles

En tant que professionnel·le de santé, vous êtes tenu·e de respecter la traçabilité et la confidentialité des informations détenues sur votre clientèle : 

  • identité ; 

  • coordonnées téléphoniques ; 

  • adresse des client·es.

Toutes les obligations sont consultables sur le site de la CNIL.

3. Vérifier la viabilité de son projet

Définir son projet

Vous avez réalisé votre étude de marché. Vous avez maintenant des éléments pour déterminer comment vous positionner sur ce marché, vous démarquer de vos concurrent·es et réussir votre projet.

Parmi les quelques idées qui peuvent être gagnantes :

👉 Vous spécialiser

Le choix d’une spécialité peut-être l’une des pistes pour sortir du lot. L’ostéopathie regroupe des champs d’application assez larges :

  • l'ostéopathie viscérale ;

  • l’ostéopathie crânienne ;

  • l’ostéopathie structurelle ou musculo-squelettique ;

  • l’ostéopathie pédiatrique ;

  • l’ostéopathie sportive...

Si par exemple, vous avez identifié une population avec des enfants en bas âge sur votre lieu d’implantation, afficher une spécialité en ostéopathie pédiatrique fera sans aucun doute la différence.

👉 Offrir un service de proximité en vous déplaçant chez les patient·es

Cette offre peut faire la différence si vous avez identifié une population de séniors qui a des difficultés à se déplacer.

👉 Proposer des rendez-vous à des horaires tôt ou tard le soir mais aussi le samedi

Pour les personnes qui ne sont pas disponibles dans des plages horaires plus classiques, c'est un vrai plus.

Bâtir un prévisionnel financier

À ce stade de votre étude de projet, vous devez déterminer précisément toutes les dépenses nécessaires à votre installation.

Ce travail est un préalable pour bien établir votre bilan prévisionnel qui prend en compte :

  1. Les coûts d’investissement (table de manipulation électrique, produits, bureau, ordinateur, chaise, plaque à installer sur la porte...).

  2. Les charges, taxes et cotisations (loyer, charges locatives et tous les coûts liés à l’installation en libéral qui varient en fonction du statut juridique).

  3. Les charges salariales (si vous recrutez des salarié·es). 

Le document qui établit le bilan prévisionnel comporte obligatoirement plusieurs tableaux financiers :

  • un compte de résultat ;

  • un bilan ;

  • un tableau de financement ;

  • un plan de trésorerie.

Rédiger votre business plan

Le business plan, ou plan d’affaires, est un dossier écrit qui présente votre projet de création d’entreprise dans sa globalité. C’est la résultante de toutes les études que vous avez menées pour votre projet en un document unique.

Rédiger le business plan répond à deux objectifs principaux :

1️⃣ Vérifier la viabilité financière du projet et déterminer, le cas échéant, les ajustements nécessaires ;

2️⃣ Renforcer votre crédibilité auprès de partenaires financiers, dans le cas où vous avez besoin de financements. 

Que doit contenir ce document ? 

  • une rapide présentation du créateur ou de la créatrice ;

  • une synthèse de l’étude de marché ;

  • le modèle économique ;

  • les prévisions financières ;

  • la forme juridique choisie ;

  • des annexes en fonction du projet.

Trouver un financement

L’installation de votre cabinet nécessite des investissements de départ. Même s’ils ne sont pas très élevés pour ce type d’entreprise, il faut un apport financier minimum en location et matériel.

Alors, comment trouver cet apport ?

  • le financement personnel ;

  • le crédit bancaire professionnel ;

  • les aides à la création ou reprise d’entreprise (elles peuvent vous être accordées sous certaines conditions et permettent d’obtenir un taux zéro ou des exonérations de charges sociales).

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Découvrez notre template de prévisionnel financier prêt à remplir !

4. Procéder à son installation

Vous y êtes presque ! Plus que quelques étapes avant de pouvoir exercer votre métier. 

Trouver son futur cabinet

Vous avez étudié les lieux d’installation potentiels lors de l’étude de marché et du business plan. Vous devez, en principe, avoir une petite idée du lieu d’implantation.

Voici les éléments importants à prendre en compte :

  • l'accessibilité pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite ;

  • la facilité d’accès avec un parking et/ou les transports en commun ;

  • la visibilité du cabinet (est-il visible de la rue par exemple ?) ; 

  • sa luminosité, sa propreté, son nombre de mètres carrés ;

  • le respect des normes de sécurité et d'hygiène.

Choisir son statut juridique

Le choix du statut juridique va dépendre de votre envie de travailler seul ou dans un cabinet avec des associé·es.

Si vous choisissez d’être seul·e, deux régimes existent en entreprise individuelle :

👉 La micro-entreprise 

Avec ce statut, votre plafond de chiffre d’affaires s’élève à 77 700 € par an. Vos cotisations sociales sont égales à 21,2 % de votre chiffre d’affaires. Vos revenus appartiennent aux bénéfices non commerciaux (BNC). Quant à vos obligations administratives et comptables : elles sont allégées.

👉 La déclaration contrôlée

Lorsque le CA du régime de la micro-entreprise est dépassé (au-delà de 77 700 € de CA par an), vous devrez choisir la déclaration contrôlée. Ici, la comptabilité de trésorerie est obligatoire (bilan et compte de résultat). Cependant, ce régime vous permet de déduire toutes vos charges au réel et vous n'êtes pas limité par des plafonds de chiffre d'affaires.

Vous ne supportez pas la solitude ?

Dans ce cas, d’autres formes juridiques s'offrent à vous et vos associé·es :

👉 La SCP

L’acronyme “SCP” signifie société civile professionnelle. Elle permet à des professions libérales d'exercer leur activité en commun. Attention, la responsabilité des associé·es est illimitée en SCP.

👉 La SEL

La société d’exercice libéral permet également d'exercer une activité libérale en commun. Il existe différentes formes de SEL qui suivent les règles de la société commerciale choisie (SAS, SARL...).

👉 La SCM 

Dans une société civile de moyen, tout est mis en commun (locaux, personnel…) avec un ou plusieurs autres libéraux, quelles que soient leurs activités. Chaque membre conserve son indépendance et peut déduire de son résultat les sommes versées à la SCM pour son fonctionnement.

5. Effectuer les formalités administratives

Encore un petit effort et vous serez fin prêt⋅e à ouvrir votre propre cabinet d'ostéopathie.

👉 La déclaration de votre activité auprès du guichet unique de l'INPI

Cette formalité doit être réalisée, quel que soit le statut juridique choisi. Pour cela, rien de plus simple : vous devez vous rendre sur le site de l'INPI et remplir le formulaire en ligne. Vous obtiendrez ainsi votre numéro SIRET.

👉 La souscription d’une assurance civile de responsabilité 

La RC professionnelle vous protège contre les dommages causés aux tiers qui surviennent dans le cadre de votre activité professionnelle.

Il existe de nombreuses compagnies d’assurance. Vous avez tout intérêt à comparer les offres pour trouver celle qui paraît la plus adaptée à votre situation.

📌

Shine & Assurup s'associent pour vous proposer la meilleure RC Pro.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

2 emails par mois pour avancer dans votre aventure entrepreneuriale.

6. Trouver sa patientèle

Bravo, vous êtes maintenant installé·e ! 👏 

Reste à trouver vos patient·es.

Comme pour les autres professions médicales, la publicité commerciale est proscrite par les codes de déontologie de différents syndicats ou associations d’ostéopathes.

Alors, comment faire pour faire connaître vos services ?

Voici quelques pistes :

  • créer un site vitrine pour présenter votre cabinet, informer sur vos services et permettre à votre clientèle de prendre rendez-vous en ligne ;

  • référencer votre cabinet d’ostéopathie dans des annuaires (pages jaunes, portail de la ville, etc.) ;

  • vous inscrire sur des plateformes de réservation en ligne (Doctolib, Clikdoc…) ;

  • tenir un blog ou une newsletter pour diffuser des conseils de santé et informer sur les bienfaits de l’ostéopathie ;

  • effectuer des remplacements pour vous faire connaître ;

  • travailler dans un centre sportif ou de bien-être ;

  • vous rapprocher d’autres professionnel·les de santé: médecins, infirmier·es, kinésithérapeutes ;

  • informer votre réseau ;

  • vous rapprocher des syndicats d’ostéopathes.

✏️ 

En règle générale, les professions libérales appartiennent à un Ordre. Ce n’est pas encore le cas des ostéopathes. Le projet de loi qui avait été examiné en 2019 n’a pas été validé pour le moment.

Ouvrir un cabinet d'ostéopathie : le récap’ !

Pour vous installer en tant qu’ostéopathe libéral·e, six étapes sont nécessaires :  

1️⃣ Obtenir un diplôme reconnu par l’État.

2️⃣ Explorer le marché de l’ostéopathie en détail. 

3️⃣ Vérifier la viabilité de son projet.

4️⃣ Créer votre entreprise et choisir un statut juridique adapté. 

5️⃣ Réaliser les formalités administratives.

6️⃣ Développer sa patientèle en communiquant de façon efficace.

Avec l'offre “Shine Start”, vous pouvez créer votre entreprise simplement et à moindres frais. Nous réalisons votre dépôt de capital et nous vous accompagnons dans votre projet pour que vous soyez à l’aise à chaque étape.

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

ouvrir-cabinet-medical

Santé

Ouverture d’un cabinet médical : le guide complet

03 avr. 2023

Les tops articles de Copilote

Découvrez comment déduire vos charges en société et optimiser votre résultat !

Obtenir l'e-book (gratuit)

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 100 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.6 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Obtenir un diplôme en ostéopathie
2. Explorer le marché en détail