Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Comment ouvrir un magasin de fruits et légumes ?

Antonin C
par Antonin C Publié le 17 mai 2023Mis à jour le 4 août 20237 min. de lect

Vous faites pousser vos propres aliments et souhaitez les commercialiser ? L’ouverture d’un magasin de fruits et de légumes requiert différentes formalités, mais rien de bien compliqué ! Dans cet article, nous vous partageons les étapes à suivre pour ouvrir un magasin de fruits et légumes, de la création à la gestion quotidienne de votre boutique.

Sommaire

1. Faire l’analyse du marché

Réaliser une étude de votre projet est une étape déterminante. Elle vous aide à mesurer la viabilité de vos plans et se décline en plusieurs parties. 

L’étude de marché

L’étude du marché met en exergue la demande en denrées d’origine végétale dans la localité de votre choix

Vous devez vous intéresser à ces éléments : 

  • la fréquence d’achat de fruits et légumes ;

  • le budget réservé à cette dépense par ménage ;

  • les périodes d’affluence dans les magasins de fruits et légumes ; 

  • le nombre d’ouvertures et de fermetures de boutiques de fruits et légumes durant les dernières années ; 

  • la présence de grandes surfaces dans votre future zone de chalandise (celles-ci ont un impact sur le chiffre d’affaires de votre commerce alimentaire) ; 

  • et toutes autres informations que vous jugez utiles.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre entreprise en ligne avec Shine.

Découvrir nos offres

Les consommateur·rices cibles

Votre analyse doit tenir compte des consommateur·ices de la zone de chalandise (profil type, produits consommés, habitudes d’achat). En analysant ces points, vous aurez une idée plus précise des principaux besoins de votre future clientèle. 

Pourquoi ne pas questionner les habitant·es du quartier directement dans la rue ? Vous pouvez aussi créer un questionnaire et le publier dans des groupes sur les réseaux sociaux (exemple : un groupe Facebook qui rassemble les habitant·es de votre ville).

Le positionnement

Le ciblage des segments porteurs de votre secteur est une étape indispensable.

À cette issue, vous faciliterez la modélisation de votre offre. L’objectif étant de se démarquer pour attirer le plus de client·es possible et pour faire durer votre activité.

Vous pouvez, par exemple vous spécialiser dans :

  • la vente de fruits et légumes frais et locaux ;

  • la vente de fruits et légumes transformés ;

  • la vente de fruits et légumes importés ; 

  • la vente de fruits et légumes certifiés bio. 

En misant sur un marché à forte valeur ajoutée (fruits et légumes bio ou exotiques), vous attirerez une clientèle de niche. Cela peut être pertinent dans les grandes villes, où la demande est plus forte.

Les concurrent·es

La réalisation d’une étude de marché concerne aussi les boutiques concurrentes sur le marché cible. Cela tient compte de leur présence (densité d’implantation), leur mode de distribution et les tarifs qu’elles proposent.

Veillez à analyser la situation globale de la concurrence : 

  • Est-elle en difficulté ? 

  • Quelles sont les sources de pression du marché actuel ? 

  • Comment se démarque chacun·e de vos concurrent·es ? 

En répondant à ces questions, vous déterminerez si le marché peut supporter l’arrivée de votre magasin de fruits et légumes

📝           

Pour appuyer votre étude sectorielle, nous vous conseillons les sites de l’INSEE, Eurostats, Agence Bio et FranceAgriMer. Ils délivrent des données statistiques vérifiées.

2. Rédiger un business plan

Un business plan comprend 2 parties principales : la première présente les grandes lignes de votre projet et la seconde ses caractéristiques financières.

Les informations utilisées pour établir le business plan sont tirées de l’étude de marché. 

Suivant le type de produits à vendre et le volume de votre clientèle potentielle, vous pouvez concrétiser votre prévisionnel financier.

Dans ce document stratégique, vous comptabiliserez les différents postes de dépense : 

  • loyer ou remboursements mensuels d’un crédit immobilier ; 

  • eau/électricité ; 

  • assurances ; 

  • prix d’achat des denrées auprès des producteur·ices ; 

  • coûts logistiques ; 

  • compte pro

  • salaires (potentiels) du personnel, etc. 

Le tout entre dans le calcul du seuil de rentabilité et donc du chiffre d’affaires à atteindre pour que votre projet perdure.

3. Choisir son mode d’exploitation

En circuit court

Le circuit court se réfère à la vente directe de fruits et légumes. Ce mode d’exploitation s’adresse principalement aux agriculteur·ices qui souhaitent vendre leurs produits sans intermédiaire, de la main à la main. 

🌽

Le circuit court tend à se développer grâce aux AMAP (Associations de Maintien d’une Agriculture Paysanne). 

En tant que primeur

Dans ce contexte, vous devez chercher des fournisseurs de fruits et légumes pour approvisionner votre boutique. L’avantage de ce mode d’exploitation, c’est la possibilité d’adapter son offre en fonction de la demande.

En franchise

Ouvrir son commerce de fruits et légumes peut aussi se faire en franchise. Auquel cas, vous rejoindrez un réseau et adopterez les règles du franchiseur. 

Voici quelques exemples de franchises primeurs en France : 

  • Prim’Fruits ; 

  • Provenc'halles ; 

  • Cœur de Frais, etc. 

Cette alternative vous permet d’être accompagné·e à votre lancement et de profiter de la réputation déjà forgée de l’enseigne principale. 

Reprise d’entreprise

Autre possibilité : la reprise d’une entreprise existante.

Si cette option vous intéresse, vous devrez veiller à vérifier le potentiel du magasin de fruits et légumes : 

  • pignon sur rue ou localisation excentrée ; 

  • réputation du magasin ; 

  • clientèle fidélisée ; 

  • produits vendus actuellement ; 

  • efficacité du personnel en place, etc. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Découvrez notre template de prévisionnel financier prêt à remplir !

4. Sélectionner son statut juridique

Le choix de votre statut juridique se fait en fonction de votre mode d’exploitation. 

Si vous souhaitez développer votre activité seul·e, vous pouvez opter pour le régime de la micro-entreprise. Dans ce cas, vous êtes soumis au régime micro-BIC. Vous pouvez opter pour le prélèvement libératoire si vous remplissez les conditions concernant votre revenu fiscal de référence (RFR).

Mais attention ! La micro-entreprise : 

  • est inaccessible aux agriculteur·ices qui souhaitent vendre leurs propres fruits et légumes ; 

  • ne permet pas de déduire ses charges professionnelles ou son essence de ses impôts ; 

  • impose un seuil de chiffre d’affaires

D’autres options sont possibles comme l’EI, l’EURL ou la SASU (pour vous lancer seul·e) ainsi que la SARL et la SAS (pour vous lancer à plusieurs). 

5. Immatriculer son entreprise

Cette étape concrétise la création de votre entreprise. 

Pour immatriculer votre entreprise, rendez-vous sur : 

Le guichet unique vous permet d'effectuer l'ensemble des démarches de création d’entreprise, de modification ou de cessation d'activité. Il vous guide à travers les différentes étapes et vous permet de remplir les formulaires directement en ligne. 

6. Respecter la réglementation propre au secteur

Les règles qui régissent la vente de fruits et légumes permettent d’assurer la sécurité des consommateur·ices ainsi que l’optimisation de la filière en France.

Les règles principales portent sur : 

Ces dernières incitent à la séparation des différentes zones (propres et sales), avec un circuit d’accès individuel pour éviter les contaminations. Elles présentent aussi les équipements obligatoires à utiliser au sein de votre boutique et les règles de fonctionnement. Des visites sanitaires seront initiées à la première ouverture puis à intervalles réguliers. 

🍏

Les règles de commercialisation spécifiques à chaque fruit et légume sont indiquées ici.

7. Gérer sa boutique, au jour le jour

Bien avant l’ouverture de votre magasin, vous devez anticiper la gestion de votre activité

Vous devrez planifier :

  • la logistique ;

  • le recrutement du personnel (si nécessaire) ;

  • l’approvisionnement des fruits et légumes ;

  • les commandes et les livraisons ;

  • le processus d'encaissement ; 

  • la gestion des stocks des produits alimentaires ;

  • la tenue de la comptabilité ; 

  • la gestion des finances ;

  • le suivi et l’évaluation de vos performances.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

2 emails par mois pour avancer dans votre aventure entrepreneuriale.

8. Promouvoir son magasin de fruits et légumes

En tant que primeur, vous devrez mettre en place des stratégies pour attirer et fidéliser vos client·es. 

Voici quelques suggestions :

  • créer une vitrine attractive ;

  • distribuer des cartes de visite ;

  • vendre ses produits via des applications comme Too Good To Go pour attirer des client·es adeptes de l’anti-gaspillage ;

  • créer une fiche établissement Google pour apparaître sur Google Maps ; 

  • mettre en place un programme de fidélité et/ou de parrainage, etc. 

Ouvrir sa boutique de fruits et légumes : le récap’

Voici un résumé des étapes à suivre pour ouvrir sa boutique de fruits et légumes :

  1. réalisation de l’étude de marché ; 

  2. établissement du business plan

  3. choix du mode d’exploitation ;

  4. sélection de la forme juridique ; 

  5. immatriculation de l’entreprise ; 

  6. respect des normes en vigueur ; 

  7. gestion quotidienne de la boutique ; 

  8. promotion du magasin. 

Pour encaisser vos futur·es client·es, vous aurez besoin d’un logiciel dédié. En choisissant Shine, vous profiterez d'une offre exclusive pour encaisser vos client·es simplement et à moindres frais : SumUp.

Et si vous souhaitez être accompagné·e dans la création de votre entreprise, Shine Start est l’offre idéale ! ✨

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

Métiers de bouche

Ouvrir sa propre poissonnerie : le guide complet

27 oct. 2022

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 100 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.6 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Faire l’analyse du marché
2. Rédiger un business plan