Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Passer de micro-entreprise à SAS : le mode d’emploi

Antoine C
par Antoine C Publié le 2 août 2022Mis à jour le 8 avril 20245 min. de lect

La micro-entreprise est un statut juridique très simple qui convient aux entrepreneur·es ne dépassant pas un certain volume d’affaires. Cependant, ce statut se révèle vite limité et un changement peut s’imposer en cas de développement de l’activité. 

Mais la transformation de votre micro-entreprise en SAS n’est pas « naturelle » et implique de respecter certaines règles. Nous vous expliquons toutes les étapes à suivre pour réaliser la transformation d’une micro-entreprise en SAS sans vous arracher les cheveux.

Sommaire
1ère étape : créer sa société par actions simplifiée (SAS)
Micro-entreprise vers SAS : comment faire ?

🚨

L’article est mis à jour suite à l’entrée en vigueur du guichet unique.

📣

Disclaimer : la micro-entreprise est une entreprise individuelle qui ne peut pas se « transformer » en SAS. Si vous souhaitez évoluer vers une SAS, vous devez fermer votre micro-entreprise d'une part et créer votre SAS d'autre part. Ce basculement ne peut pas s’opérer sans ces 2 étapes clés. Nous vous expliquons tout dans l’article !

1ère étape : créer sa société par actions simplifiée (SAS)

Pour continuer votre activité et facturer vos clients, il va vous falloir créer une société rapidement. En parallèle de la fermeture de votre micro-entreprise, nous vous conseillons donc de vous atteler à la création de votre SAS.

C’est une forme juridique connue pour sa flexibilité mais qui nécessite quand même le respect d’un certain nombre de formalités à anticiper. Il y a également un coût de création de la SAS qu’il faudra prendre en compte dans votre future activité.

1. La rédaction des statuts de la SAS

La rédaction des statuts en SAS est complexe : vous le savez sans doute, la SAS se distingue par sa souplesse et la loi vous laisse donc une large marge de manœuvre. Il est vite possible de laisser des zones d’ombres qui peuvent vous créer des problèmes par la suite.

Par exemple, la gestion de l’association avec vos futurs associés est capitale et doit être abordée précisément dans les statuts (et/ou dans un pacte d’actionnaires). En SAS, les statuts doivent également obligatoirement inclure la désignation du ou des dirigeants de la SAS.

👉 En bref, un accompagnement à la rédaction des statuts par un professionnel du droit est souvent indispensable (expert-comptable, avocat…).

👌 

Shine Start peut vous accompagner dans la rédaction des statuts de votre SAS mais aussi pour l’accomplissement de toutes les formalités administratives (dépôt du capital, constitution du dossier d’immatriculation…). Le tout à petit prix (seulement 258 € HT) !

2. Le dépôt du capital de la SAS

La deuxième étape de création d’une SAS est la constitution d’un capital social.

Ce capital doit être d’au moins 1 €. Il est cependant conseillé de réunir des fonds suffisants en adéquation avec votre projet d’entreprise. 

Dès que vous aurez réuni les fonds nécessaires, vous devez déposer le capital sur un compte bloqué. 

C’est à ce moment qu’il faut ouvrir un compte bancaire professionnel pour votre société ! Vous pourrez alors y déposer le capital social de votre SAS. La banque est chargée de conserver les fonds bien au chaud jusqu'à l'immatriculation de la société.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Déposez votre capital 100 % en ligne, en toute simplicité.

Découvrir Shine

3. La publication d’un avis de création de la SAS

La création de la SAS doit être portée à la connaissance des tiers. 

Pour cela, il vous faut rédiger et publier une annonce de constitution de SAS dans un journal d’annonces légales (JAL). 

4. Le dépôt du dossier d’immatriculation de la SAS

Dernière étape, il ne vous reste plus qu’à réunir tous les justificatifs nécessaires et à les déposer en ligne sur le site du guichet unique de l’INPI à l’adresse suivante : formalites.entreprises.gouv.fr

Parmi les justificatifs à fournir, on trouve la déclaration des bénéficiaires effectifs, l’attestation de dépôt du capital social, les statuts de la société, etc.

Vous êtes en pleine création de votre SAS 🚀 ?

Vous avez besoin d’en savoir plus sur ces différentes étapes ? Nous vous détaillons toute la procédure à suivre pas à pas dans notre article sur les étapes de création d’une SAS.

2e étape : transférer vos activités à la SAS

⚠️ 

Cette formalité est parfois oubliée mais il faut savoir qu’il est obligatoire de transférer juridiquement vos anciennes activités à la nouvelle société. On parle de transfert de fonds de commerce. Le fonds de commerce est composé de divers éléments : clientèle, stock, matériel, marque… Nous vous exposons les 2 manières de faire.

Première possibilité : l’apport du fonds de commerce à la SAS

Dans ce cas, le fonds de commerce et tous ses éléments sont apportés au capital de la société sous forme d’apport en nature. En contrepartie de l’apport, vous recevez des actions dans la société. L’apport s’effectue en même temps que les formalités de création de votre SAS.

👉 Vous devrez :

  • Faire appel à un commissaire aux apports pour évaluer le fonds de commerce et déterminer le nombre de titres reçus en contrepartie (si nécessaire).

  • Rédiger un acte d’apport de fonds de commerce pour constater l’apport par écrit.

  • Accomplir les formalités obligatoires (enregistrement aux impôts, publicité…).

💡

L’apport en fonds de commerce est souvent intéressant si vous souhaitez vous associer avec plusieurs personnes comme dans le cas d’une SAS. Vous pouvez ainsi « peser » davantage dans le capital de la nouvelle société.

Deuxième possibilité : la cession du fonds de commerce à la SAS

Ici, vous décidez de vendre votre fonds de commerce à votre nouvelle société. La société paie le prix de vente à l’ancien auto-entrepreneur. Elle peut emprunter pour financer cet achat.

👉 Vous devrez :

  • Rédiger un acte de cession à la société. 

  • Accomplir les formalités obligatoires.

Dans ce cas, vous devrez payer des droits d’enregistrement de la cession aux impôts.

💡

N’oubliez pas de prévenir vos clients du changement de structure juridique et de mettre à jour vos documents commerciaux (factures, contrats…).

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

2 emails par mois pour avancer dans votre aventure entrepreneuriale.

3e étape : fermer officiellement sa micro-entreprise

Cette formalité est très simple à accomplir et vous prendra peu de temps. 

Pour cela, vous devez déclarer la cessation d’activité de votre micro-entreprise en ligne sur le site du guichet unique de l’INPI.

Depuis 2023, ce site est votre interlocuteur n°1 pour faire toutes vos démarches de création, de cessation d’activité et de modification d’entreprise. Vous n’avez plus besoin de passer par le greffe du tribunal de commerce ou par un CFE (centre de formalités des entreprises). 

Cette demande de fermeture de votre micro-entreprise doit en principe avoir lieu dans un délai d’un mois après la fin de votre activité.

Tant que votre entreprise n’est pas officiellement fermée, vous êtes toujours tenu·e de respecter les obligations liées à son statut : déclarer votre chiffre d’affaires, payer vos cotisations sociales…

⚠️

Attention : cette déclaration est définitive, si vous souhaitez reprendre votre activité plus tard, il vous faudra recréer une micro-entreprise. Une solution momentanée peut être de demander une cessation temporaire d’activité.

Passer d’une micro-entreprise à une SAS : ce qui change

La gestion quotidienne

La micro-entreprise est une forme juridique très simplifiée qui permet de lancer rapidement une activité, de facturer vos clients et d’encaisser votre chiffre d’affaires sans trop de formalités. 

Elle est caractérisée par des limites de chiffre d’affaires qui ne doivent pas être dépassées et par l’impossibilité de déduire vos charges.

A contrario, la SAS implique une gestion bien plus poussée. Un accompagnement comptable est plus que recommandé pour l’élaboration des rapports et déclarations qui sont demandés annuellement : TVA, impôt sur les sociétés… 

La SAS suppose également une gestion collégiale de la société et la tenue d'assemblées générales. Vous ne prenez plus vos décisions seul·e, mais vous êtes désormais entouré·es de plusieurs associés (au moins 2).

Les changements fiscaux et sociaux

👉 Votre situation personnelle sera également modifiée par le passage à la SAS :

  • Votre régime social : le dirigeant passe du statut de travailleur non-salarié à assimilé-salarié. Sa protection sociale devient nettement meilleure mais il faut payer des charges sociales plus élevées.

  • Votre fiscalité : l’imposition par défaut en SAS est l’impôt sur les sociétés. A contrario, la micro-entreprise relève de l’impôt sur le revenu avec un régime fiscal très spécifique.

Passage d’une micro-entreprise à une SAS : le récap’

1️⃣ Il n’est pas possible de transformer directement une micro-entreprise en SAS.
2️⃣ Vous devez fermer votre micro-entreprise et créer votre SAS.
3️⃣ Il ne faut pas oublier de transférer le fonds de commerce de l'entreprise individuelle, soit par cession, soit par apport au capital social de la nouvelle société.

Besoin d’un accompagnement dans vos démarches administratives et financières ? Nos experts sont là pour vous aider.

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

sas-transformation-sasu

Modification des statuts

Transformer une SASU en SAS [guide complet]

25 oct. 2022

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 100 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.6 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1ère étape : créer sa société par actions simplifiée (SAS)
2e étape : transférer vos activités à la SAS