Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine

Tout savoir pour ouvrir sa boucherie

par Pierre Ecuvillon Publié le 18 octobre 2022Mis à jour le 3 novembre 20229 min. de lect

La boucherie fait partie de l’univers des métiers de bouche et demande donc des compétences spécifiques. Les bouchers doivent, par exemple, maîtriser la règlementation liée à l’hygiène. Ouvrir une boucherie c’est également créer son entreprise. Comme tout entrepreneur, vous devrez réaliser une étude de marché, un business plan et choisir un statut juridique et un local dédié à votre activité. Cet article vous guide à travers les étapes de l'ouverture d'une boucherie.

Sommaire

1. Acquérir les compétences nécessaires pour ouvrir une boucherie

2. Réaliser une étude de marché

3. Établir un business plan

4. Choisir un statut juridique adapté

5. Trouver le local idéal

6. Créer un plan de communication

Ouvrir sa boucherie : l'heure du récap'

metier-ouvrir-boucherie

1. Acquérir les compétences nécessaires pour ouvrir une boucherie

La boucherie est un métier artisanal qui ne s’improvise pas. La règlementation liée aux métiers de bouche vous demande de respecter certains principes et de réaliser plusieurs déclarations.

Les diplômes et formations nécessaires pour devenir boucher

Pour lancer votre boucherie, vous devez posséder un diplôme spécifique à cette activité ou justifier d’une expérience professionnelle d’au moins trois ans en tant que boucher salarié.

Niveau CAP :

  • Le CAP Boucher : ce diplôme de niveau 3 permet d’acquérir les différents savoir-faire en termes de préparation et de présentation des viandes ainsi qu’au niveau des pratiques commerciales.

  • Le certificat technique des métiers Boucher ou Préparateur option boucherie : délivré par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat, ce diplôme se prépare en alternance après la classe de troisième.

  • La Mention Complémentaire Employé traiteur : il s’agit d’une spécialisation du CAP Boucher qui requiert un an d’école supplémentaire.

  • Le Certificat de Qualification Professionnel Boucher : délivré par la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi de la Boucherie, il s’adresse aux salariés non-diplômés qui souhaitent voir leur expérience professionnelle reconnue.

Niveau Bac :

  • Le Brevet Professionnel Boucher : ce diplôme est réservé aux titulaires d’un CAP Boucher qui souhaitent approfondir leurs connaissances et se préparer à la gestion d’un commerce.

  • Le Bac Pro Boucher-Charcutier-Traiteur : ce diplôme s’adresse aux titulaires d’un CAP Boucher qui désirent maîtriser plusieurs métiers.

Niveau Bac+2 :

  • Le Brevet de Maîtrise Boucher-Charcutier-Traiteur : créé à l’initiative des organisations professionnelles, ce diplôme s’adresse aux titulaires d’un brevet professionnel qui souhaitent se perfectionner et se préparer à la création ou à la reprise d’un commerce.

La règlementation et les obligations à respecter pour devenir boucher

Avant d’ouvrir une boucherie, l'artisan doit prendre connaissance des différentes normes et obligations relatives à l’exercice de son métier.

La règlementation professionnelle de la boucherie

Les normes liées à l’hygiène sont particulièrement importantes lors de l’exercice d’un métier de bouche. Elles relèvent à la fois de la traçabilité des viandes et de la règlementation sanitaire :

  • Les animaux doivent obligatoirement avoir subi un contrôle vétérinaire, avant puis après l’abattage ;

  • Ils doivent provenir d’un établissement agréé ;

  • Les acteurs intervenant sur l’élevage puis l’abattage des animaux doivent mettre en place des procédures de traçabilité ;

  • Le boucher doit quant à lui vérifier et conserver les étiquetages permettant de connaître le pays de naissance, d’élevage, d’abattage et de découpage de l’animal ainsi que son code référence.

🔎

Pour plus d'infos sur la règlementation du métier de boucher, nous vous invitons à vous rapprocher de la Confédération française de la boucherie.

Les déclarations obligatoires à effectuer par le boucher

Pour vous mettre à votre compte en tant que boucher, vous devez effectuer des déclarations auprès de différents organismes :

  • Déclaration à la Direction départementale des services vétérinaires ;

  • Déclaration à la Direction départementale en charge de la Protection des Populations (DDPP) ;

  • Immatriculation au Répertoire des Métiers pour une activité artisanale ou au Registre du Commerce pour une activité commerciale.

2. Réaliser une étude de marché

L’étude de marché va vous aider à connaître les caractéristiques propres à l’environnement économique de la boucherie. À l’issue de sa réalisation, vous aurez une meilleure idée de la conjoncture, de l’environnement et des habitudes de consommation propre à ce secteur !

Économie de la boucherie

Vous étudierez les tendances actuelles de la consommation de viande et de la fréquentation des boucheries artisanales. Vous pourrez vous appuyer sur les informations présentes sur les moteurs de recherche et sur les études des organisations professionnelles.

En outre, voici quelques questions pertinentes à vous poser :

  • Quelle est la conjoncture économique globale pour les boucheries artisanales ?

  • Quelles sont les attentes de la clientèle et celles des consommateurs qui achètent leur viande ailleurs ?

  • Quelles sont les tendances en termes de consommation de viande ?

Vous pouvez bien sûr compléter cette liste avec vos propres questions.

Environnement économique local

L’environnement immédiat vous permettra d’estimer le potentiel économique de la zone où vous souhaitez ouvrir votre boucherie. L’objectif est de recueillir des données qualitatives et quantitatives afin d’évaluer le potentiel commercial de votre projet :

  • Caractéristiques de la population cible (niveau de revenus, âge, catégories socioprofessionnelles, etc.) ;

  • Identification des lieux de passage (rues, voies de communication, zones commerciales).

Vous pouvez d’ores et déjà référencer différents lieux d’implantation possibles pour votre boucherie. Avec une étude de marché par emplacement, votre choix sera plus facile à faire.

Analyse de la concurrence

Le troisième enjeu est d’identifier vos concurrents directs et indirects :

  • Combien y a-t-il de boucheries dans la ville / dans le quartier / dans la rue ?

  • Comment peut-on les caractériser en termes de positionnement et de politique tarifaire ?

  • Quels sont les autres endroits où l’on peut trouver de la viande dans les environs (supermarchés, vente directe, etc.) ?

Global Card
Shine

Le compte pro qui simplifie le quotidien des entrepreneur·es

Decouvrir Shine

3. Établir un business plan

L’établissement d’un business plan pour votre boucherie vous permet d’estimer la rentabilité de l’activité par rapport aux caractéristiques de la zone sélectionnée.

Le business plan comprend généralement deux parties :

  1. Les atouts de votre projet : caractéristiques du marché local, emplacement, opportunités, etc. ;

  2. La viabilité financière du projet : prévisionnel financier, actions à mettre en œuvre pour assurer la réussite de la boucherie, etc.

🏦

Un business plan solide vous aidera à argumenter avec aplomb si vous cherchez un financement auprès des banques.

4. Choisir un statut juridique adapté

Le choix d’un statut juridique cohérent est une étape à ne surtout pas négliger.

Le type de structure impacte des éléments déterminants pour votre entreprise, comme :

👉 Sa fiscalité ;
👉 Votre responsabilité à l’égard des dettes ;
👉 Une limite éventuelle de chiffre d’affaires.

Examinez les caractéristiques des différentes structures afin de connaître les avantages et inconvénients qu’elles représentent.

La micro-entreprise

Devenir micro-entrepreneur est une démarche rapide dotée d’un régime fiscal et social simplifié.

Cela dit, ce type de structure est inadapté à une entreprise ayant d'importants frais professionnels à régulariser. Le chiffre d’affaires est plafonné et vous êtes imposé directement sur vos recettes. Qui plus est, il est impossible de récupérer la TVA avec une micro-entreprise.

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)

Créer une SASU peut se faire sans capital social minimum. Ce statut juridique est soumis à l'IS : l’impôt sur les sociétés. Mais il est possible de demander l’application de l’impôt sur le revenu pour une durée de 5 ans maximum.

En créant votre boucherie sous ce régime, vous aurez un statut de dirigeant assimilé salarié, ce qui vous permet d’avoir une meilleure protection sociale. En contrepartie, vous aurez davantage de charges sociales à payer. Vous pouvez également opter pour la Société par Actions Simplifiée (SAS) si vous souhaitez créer votre activité avec un associé ou avec votre conjoint.

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

Un euro de capital social peut mener à la création d'une EURL.

Son fonctionnement est plus simple en termes de gestion administrative liée à la paie du dirigeant. Vous devez simplement compléter la déclaration sociale des indépendants (DSI) une fois par an. Les charges sociales sont réduites mais votre protection sociale est moins forte qu’avec une SASU.

Bon à savoir : si vous possédez des associés, il sera préférable de créer une Société Anonyme à Responsabilité Limitée (SARL).

5. Trouver le local idéal

Vous avez réalisé votre étude de marché minutieusement ? Alors, vous connaissez les zones à fort potentiel commercial de votre secteur. Il n'y a plus qu'à choisir un local permettant à votre activité d’être rapidement rentable. Vous pouvez également envisager la reprise d’un fonds de commerce.

Les critères de choix pour un local de boucherie

Voici les critères utiles pour choisir le local parfait pour votre boucherie :

  • La visibilité de l’emplacement (votre boucherie doit être facilement repérable) ;

  • La fréquentation de la rue ;

  • La présence ou l’absence de concurrents à proximité du local (c’est à double tranchant : la présence d’une autre boucherie indique l’existence d’une clientèle, mais implique plus d’efforts pour imposer votre propre commerce) ;

  • La présence ou l’absence d’autres commerces alimentaires ;

  • L’état du local : il vous donne une indication sur les travaux à réaliser et donc les dépenses à engager pour créer votre boucherie.

Si d’autres commerces non concurrents sont implantés à proximité (primeurs, épicerie, traiteurs…), c'est une bonne nouvelle. Vous profiterez de l’afflux de clientèle et compléterez l’offre commerciale de la zone en question.

La reprise d’un fonds de commerce

La reprise d’un fonds de commerce d’une boucherie préexistante a ses avantages. Vous disposerez immédiatement du local ainsi que des différents équipements professionnels (et gagnerez donc du temps).

Cette option est sécurisante pour un début d’activité car vous profiterez d’une base de clients récurrents. La reprise d'un fonds de commerce vous assurera donc un minimum de chiffre d’affaires.

Sachez néanmoins que plusieurs éléments incorporels composent le fonds de commerce :

  • Droit au bail ;

  • Nom commercial ;

  • Contrats de travail (si votre prédécesseur employait du personnel, les contrats restent en vigueur) ;

  • Contrats d’assurance ;

  • Autorisations administratives.

⚠️

La reprise d’un fonds de commerce est plus chère que le simple achat d’un local.

6. Créer un plan de communication

Vous avez trouvé le local idéal et vous êtes prêt à lancer votre activité ?

Pour que les clients soient au rendez-vous, pensez à faire connaître votre entreprise avec un budget réduit ! Quelques techniques rapides à mettre en œuvre donneront un coup de pouce à votre boucherie :

  • Créer un flyer avec le nom de votre enseigne, l’adresse et le numéro de téléphone et le distribuer aux commerces à proximité ;

  • Compléter une fiche Google Profile Business avec tous les renseignements relatifs à votre boucherie (afin d’être trouvé facilement par les internautes réalisant des recherches locales) ;

  • Créer une page entreprise sur Facebook afin de partager votre actualité ;

  • Faire fonctionner le bouche-à-oreille en choyant vos premiers clients ;

  • Demander aux clients satisfaits de vous laisser des avis sur votre profil Google et sur vos réseaux sociaux.

Ouvrir sa boucherie : l'heure du récap'

Pour récapituler, voici les différentes démarches nécessaires pour lancer votre activité de boucherie :

1️⃣ Acquérir les compétences nécessaires pour ouvrir une boucherie ;
2️⃣ Réaliser une étude de marché ;
3️⃣ Établir un business plan ;
4️⃣ Choisir un statut juridique adapté ;
5️⃣ Trouver le local idéal ;
6️⃣ Créer un plan de communication.

Sur ce, nous vous souhaitons bonne chance et beaucoup de réussite ! Et si vous en êtes à l'étape n°4, notre article sur les différents statuts juridiques saura très certainement vous renseigner...

Global Card
Shine

Le compte pro qui simplifie le quotidien des entrepreneur·es

Decouvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

metier-ouvrir-epicerie-fine

Idée business

Ouvrir sa propre épicerie fine en 7 étapes

11 min · 22 sept. 2022

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Blog Copilote

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

  • Communauté

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Acquérir les compétences nécessaires pour ouvrir une boucherie
2. Réaliser une étude de marché
3. Établir un business plan
4. Choisir un statut juridique adapté
5. Trouver le local idéal
6. Créer un plan de communication
Ouvrir sa boucherie : l'heure du récap'