Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Ouvrir une boîte de nuit en 9 étapes clés

Manon Cauffiez
par Manon Ca Publié le 19 avril 2023Mis à jour le 31 mai 20236 min. de lect

En vrai noctambule, vous avez décidé de convertir votre passion pour le dancefloor en une activité professionnelle fructueuse ? Foncez ! L’engouement pour la fête ne connaît que rarement la crise. Une fois la réglementation en tête et les démarches administratives passées, la gestion d’une boîte de nuit peut s’avérer très lucrative ! 💃

Sommaire
ouvrir-boite-nuit

1. Faire mûrir son projet de boîte de nuit

Avant de vous lancer dans l’ouverture d’une boîte de nuit, voici 3 étapes à réaliser : 

1. Définir vos motivations

Ouvrir une boîte de nuit est un projet ambitieux. Vous allez devoir mettre la main à la pâte dès le départ et vous consacrer entièrement à votre projet entrepreneurial. Avez-vous les compétences et la motivation nécessaires ? Combien de jours allez-vous consacrer à cette aventure ? Pour être viable, ce projet doit être mené avec sérieux. 

2. Choisir votre concept

Disco, deep, soul, rock, techno : votre boîte de nuit peut diffuser une variété de musique ou plusieurs, selon vos envies. L’essentiel est de convaincre votre cible de venir danser dans votre établissement. Vous pouvez réaliser un sondage pour connaître les envies des jeunes de votre ville. 

Vous devrez construire une stratégie marketing cohérente et en phase avec l’offre musicale proposée au sein de votre boîte de nuit.

3. Réaliser un business plan

Le plan d’affaires vous permettra de : 

  • délimiter votre projet ;

  • choisir les membres de votre équipe ; 

  • faire une étude de marché ;

  • anticiper votre stratégie de communication ;

  • établir des prévisions financières ;

  • sélectionner un statut juridique adapté. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre entreprise en ligne avec Shine.

Découvrir nos offres

2. Choisir son local (attention aux nuisances sonores)

Pour l’implantation d’une discothèque, l’étude de marché est avant tout géographique. 

Est-il pertinent de s’implanter dans une rue dédiée au monde de la nuit ? Vaut-il mieux privilégier une commune sans discothèque ? La loi nous permet-elle de nous installer ici ? Autant de questions à se poser lors de la recherche du local idéal.

Avant de fixer le lieu d’implantation, il faut réaliser une étude de l’impact des nuisances sonores afin de déterminer la conformité de l'établissement et d’assurer la protection des futur·es client·es et des habitant·es. En cas de contrôle par les autorités, une telle étude d’impact doit être mise à leur disposition. 

⚖️ 

Conformément aux articles R571-25 à R571-28 du Code de l’environnement, de l’arrêté du 15 décembre 1998 et de la circulaire interministérielle du 23 décembre 2011, les discothèques ont plusieurs obligations à respecter. Pour les connaître, rendez-vous sur le centre d’information sur le bruit.

3. Demander la licence IV

Pour exploiter votre boîte de nuit en toute légalité, il est important d’obtenir le fameux sésame : la licence IV. Aussi appelée grande licence ou licence de plein exercice, elle vous autorise à vendre des boissons alcoolisées de plus de 18° comme le rhum ou la vodka.

Son coût est variable (environ 7 500 €). Pour avoir une idée plus précise de ce que vous devrez débourser, appelez la mairie du lieu où vous souhaitez vous implanter.

Voici les conditions d’obtention d’une licence IV : 

  • être français·e ou étranger·ère en situation régulière ; 

  • être majeur, mineur anticipé, ne pas être sous tutelle ;

  • ne pas avoir commis certains délits qui engendrent l’interdiction de posséder une licence pour une durée de 5 ans ; 

  • être titulaire d’un permis d’exploitation ;

  • faire une déclaration préalable auprès de la mairie ;

  • s’immatriculer auprès du RNE.

📍

La ville où vous souhaitez implanter votre boîte de nuit ne délivre qu’un nombre limité de licences. Le quota de référence est le suivant : une licence IV pour 450 habitant·es (ou de 2 licences IV pour 900 habitant·es).

4. Se former pour obtenir un permis d’exploitation

Vous l’aurez compris : vous devrez demander une licence IV afin de gérer votre boîte de nuit. Pour obtenir un permis d’exploitation, une formation obligatoire et spécifique s’impose.

Seul un organisme de formation agréé peut réaliser cette formation de 20 heures qui s’étale sur 2,5 jours et à l’issue de laquelle le permis est délivré. 

Le permis d’exploitation a une validité de 10 ans et il est renouvelable suite à une formation de 6 heures.

5. Faire une déclaration préalable en mairie

L’une des conditions pour obtenir la licence VI, c’est la déclaration préalable en mairie. En tant que futur·e gérant·e d’un établissement qui vend de l’alcool, vous devez faire une déclaration administrative auprès de la mairie compétente au moins 15 jours avant l’ouverture de votre boîte de nuit. 

Vous recevrez un récépissé qui prouvera que vous êtes en possession de votre licence. Toutefois, ce document ne vous permet pas encore d’exploiter votre boîte de nuit et n’indique pas non plus que vous êtes gérant·e ou propriétaire de votre établissement. 

6. Choisir son statut juridique

Le choix du statut juridique dépend de l’ampleur de votre projet. L’achat de matériel (sono, effets lumineux, verres, baffles, platines de DJ, etc.) fait, par exemple, partie des frais déductibles en SASU

Dans la mesure où vous aurez des charges importantes, celles-ci devront idéalement être déduites de votre chiffre d’affaires pour le calcul de vos cotisations. 

Cette décision repose également sur l’envie, ou non, de vous associer. Si vous êtes deux à vouloir ouvrir une boîte de nuit, la SARL ou la SAS sont des options envisageables. Si vous voulez partir à l’aventure en solo, nous vous conseillons de privilégier l’EURL ou la SASU.

📝

Le business plan permet de faire des projections précises quant à la gestion de votre future boîte de nuit. Ce document stratégique vous aidera à choisir le meilleur statut juridique.

7. S’immatriculer auprès du RNE

L’une des dernières conditions pour obtenir la licence IV est de donner à votre établissement une existence légale. Pour cela, il suffit de déclarer l’ouverture de votre boîte de nuit et de l’immatriculer auprès du guichet unique des entreprises.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

2 emails par mois pour avancer dans votre aventure entrepreneuriale.

8. Faire une demande auprès de la SACEM

Pour que votre boîte de nuit puisse être exploitée en bonne et due forme, vous devez obtenir le droit de diffuser de la musique.

Vous pouvez envoyer une demande d’autorisation auprès de la Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique, et plus précisément à votre délégation. Le coût dépendra de votre chiffre d’affaires prévisionnel et des conditions d’exploitation de votre boîte de nuit. 

💸 

Comptez environ 1 000 € pour un CA prévisionnel annuel HT de moins de 50 000 €. Pour connaître le détail des tarifs, consultez les prix des droits de diffusion.

9. Obtenir l'autorisation de la préfecture de police

Pour être en mesure d’ouvrir votre boîte entre 2 h et 5 h du matin, vous devez faire une demande d’autorisation d’ouverture de nuit. Pour déposer votre demande, il faut créer un compte personnel auprès de la préfecture de police et joindre les documents suivants :  

  • la licence IV ;

  • le permis d’exploitation ;

  • une lettre de motivation. 

Une telle dérogation est valable pour une durée comprise entre 3 mois et 1 an. Elle peut faire l’objet d’un renouvellement à condition que la boîte de nuit ne génère aucun trouble à l’ordre public.

Récap’ des 9 étapes pour ouvrir une boîte de nuit

Voici un récapitulatif des étapes à suivre pour ouvrir sa propre boîte de nuit : 

  1. faire mûrir le projet et rédiger un business plan

  2. choisir le local et vérifier l’absence de nuisances sonores ;

  3. demander la licence IV ;

  4. passer une formation et obtenir le permis d’exploitation ;

  5. faire une déclaration préalable en mairie ;

  6. choisir le statut juridique ;

  7. s’immatriculer au guichet unique ;

  8. réaliser une demande pour diffuser de la musique ;

  9. obtenir l'autorisation de la préfecture de police pour ouvrir la nuit.

Une boîte de nuit, un restaurant ou les deux ? Si vous souhaitez proposer un service de restauration sur place, notre guide pour ouvrir un restaurant risque de vous intéresser ! 

Et pour ouvrir votre boîte de nuit l’esprit léger, découvrez Shine Start : l’offre tout-en-un dédiée à la création d'entreprise !

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

metier-ouvrir-auto-ecole

Selon son activité

Ouvrir son auto-école : le guide complet

12 avr. 2023

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 000 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.4 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Faire mûrir son projet de boîte de nuit
2. Choisir son local (attention aux nuisances sonores)