Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine

Micro-entreprise ou SARL : quel statut choisir ?

par Sarah Matignon Publié le 26 août 2022Mis à jour le 26 septembre 20224 min. de lect

Vous avez bien avancé dans votre projet de création d’entreprise, reste ce dilemme en suspens : micro-entreprise ou SARL ? Ne vous méprenez pas, il n’y a pas de « meilleur » statut. Pour bien choisir, vous devez simplement vous demander lequel correspond le mieux à votre profil d’une part, à votre activité d’autre part. Voici 5 pistes de réflexion pour vous décider rapidement, et surtout en connaissance de cause !

Sommaire

La micro-entreprise est réservée à l’entrepreneur individuel

En SARL, le patrimoine de l’entrepreneur est protégé

La micro-entreprise allège considérablement la gestion

Vous déduisez vos charges en SARL

La micro-entreprise limite le développement de votre activité

Dans quels cas privilégier la micro-entreprise ?

La micro-entreprise est réservée à l’entrepreneur individuel

Cette différence fondamentale entre micro-entreprise et SARL peut très vite déterminer votre choix : la micro-entreprise est une entreprise individuelle, vous ne pouvez pas vous associer. La SARL au contraire admet jusqu’à 100 associés.

 

-       Vous lancez votre activité à plusieurs ? La micro-entreprise vous ferme ses portes, la SARL s’impose de facto. À moins éventuellement de créer chacun une micro-entreprise, et de travailler sous une enseigne commune. Prenons un exemple : un développeur et un graphiste, tous deux micro-entrepreneurs, partagent leur matériel et communiquent ensemble pour proposer des sites web clé en main. Attention toutefois à la complexité du montage et au risque de confusion : la gestion de l’image et de la facturation est complexifiée, vos clients peuvent s’y perdre.

-       Vous préférez vous lancer seul ? Vous pouvez choisir la micro-entreprise ou la SARL. Sachez que si vous êtes le seul associé de votre SARL, on parle d’EURL.

 

En SARL, le patrimoine de l’entrepreneur est protégé

SARL est l’acronyme pour société à responsabilité limitée. Comme son nom l’indique, la SARL limite votre responsabilité au montant de vos apports. Explications :

 

1.     Quand vous créez votre SARL, vous apportez de l’argent – 1 € minimum – et éventuellement du matériel. Vos apports appartiennent alors à la société.

2.     Si votre société fait faillite, et qu’elle a des dettes, les créanciers se remboursent sur ces apports. Votre patrimoine personnel en revanche est insaisissable. En SARL, vous risquez donc de perdre uniquement ce que vous avez apporté.

 

La micro-entreprise n’offre pas cet avantage car les patrimoines sont confondus. Si vous faites faillite, vos créanciers pourront saisir votre patrimoine personnel. En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez protéger uniquement vos biens immobiliers en faisant une déclaration d’insaisissabilité auprès d’un notaire.

 

❗Depuis la loi du 14 février 2022, le micro-entrepreneur ne peut plus opter pour l’EIRL.

 

La micro-entreprise allège considérablement la gestion

Créer une SARL nécessite d’accomplir des formalités administratives relativement rébarbatives. Sans compter que le coût de création d’une SARL peut peser lourd dans le budget de l’entrepreneur. À l’inverse, créer une micro-entreprise est simple, rapide et gratuit.

 

Tout au long de la vie de votre entreprise, la gestion est plus contraignante en SARL. Vous devez en effet respecter un formalisme lourd : organiser des assemblées générales, tenir une comptabilité et déposer vos comptes… En micro-entreprise, vous évitez ces contraintes, vous n’avez qu’à faire vos déclarations mensuelles ou trimestrielles de CA.

 

Vous déduisez vos charges en SARL

L’aspect financier est évidemment un critère de choix central. Vous voulez payer le moins possible d’impôt et de cotisations, tout en bénéficiant d’une bonne protection sociale, et c’est tout à fait légitime. Pour comparer les coûts en micro-entreprise et en SARL, vous devez vous baser sur votre prévisionnel financier.

 

Pour vous aider à vous décider, sachez que :

-       Vos cotisations sociales sont considérablement réduites en micro-entreprise.

-       La SARL vous permet de déduire vos frais et charges professionnels, non déductibles en micro-entreprise.

 

Vous devez donc faire le calcul. Si vos frais et charges sont élevés, la SARL peut être avantageuse. À l’inverse, la micro-entreprise est recommandée si vous n’avez aucuns frais ni charges. L’artisan qui a un véhicule de fonction, un atelier et des machines, par exemple, peut avoir intérêt à choisir la SARL. Le freelance qui travaille à domicile sans matériel coûteux, pour sa part, peut sans doute économiser sur les cotisations sociales en micro-entreprise.

 

La micro-entreprise limite le développement de votre activité

La micro-entreprise ne permet pas de vous associer, ni, a fortiori, de faire entrer des investisseurs. En micro-entreprise en outre, vous ne pouvez pas dépasser les CA suivants : 176 200 € pour une activité commerciale ou d’hébergement, 72 600 € pour de la prestation de services ou une activité libérale.

 

⚠️ Les choses changent progressivement, mais la micro-entreprise continue de pâtir d’une image de marque dégradée auprès de certaines banques. Si vous voulez emprunter pour votre activité professionnelle, ciblez bien votre futur partenaire financier.

 

La SARL accélère votre croissance : vous pouvez faire une levée de fonds, et générer un CA illimité.

 

Dans quels cas privilégier la micro-entreprise ?

Vous l’avez compris, micro-entreprise ou SARL : le choix est très personnel.

Si vous créez une startup, la SARL ou la SAS s’imposent sans aucune hésitation. La SARL est également recommandée si votre activité implique des investissements importants, et par conséquent de grosses dettes : vous ne mettez pas en danger votre patrimoine personnel en SARL.

Vous privilégierez sans doute la micro-entreprise si vous vous lancez en indépendant et que vous n’avez pas, ou peu, de charges professionnelles. Vous économisez ainsi de l’argent au moment de payer vos cotisations sociales, c’est un argument fort au lancement de votre activité. Vous appréciez en outre la simplicité de gestion de la micro-entreprise.

 

Si vous êtes hésitant, la micro-entreprise est le statut idéal pour tester votre activité. Rien ne vous empêche par la suite de passer en SARL.

Global Card
Shine

Le compte pro qui simplifie le quotidien des entrepreneurs

Global Card
Shine

Le compte pro qui simplifie le quotidien des entrepreneurs

Decouvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

domiciliation pro

Micro-entreprise

Changer mon adresse professionnelle d'auto-entrepreneur

3 min · 24 juil. 2019

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Blog Copilote

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

  • Communauté

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
La micro-entreprise est réservée à l’entrepreneur individuel
En SARL, le patrimoine de l’entrepreneur est protégé
La micro-entreprise allège considérablement la gestion
Vous déduisez vos charges en SARL
La micro-entreprise limite le développement de votre activité
Dans quels cas privilégier la micro-entreprise ?