Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

10 erreurs à éviter au lancement de sa micro-entreprise

Pierre Ecuvillon
par Pierre Ecuvillon Publié le 12 mars 20245 min. de lect

Vous souhaitez devenir auto-entrepreneur·se ? Le régime de la micro-entreprise est plébiscité pour sa simplicité. En 2023, il représente 60 % des créations d’entreprises ! Mais attention, un parcours sans faute nécessite une préparation minutieuse... Notre article fait le point sur les erreurs à éviter pour créer sa micro-entreprise l’esprit tranquille ! 

Sommaire
micro-entreprise-erreurs-creation

1. Ne pas vérifier la compatibilité entre votre activité et la micro-entreprise

Avant de lancer votre micro-entreprise, vous devez vérifier si votre activité peut être exercée sous ce régime. 

Certaines professions sont exclues du micro-entrepreneuriat : 

  • activités agricoles relevant de la mutualité sociale agricole (MSA) ;

  • activités relevant de la TVA immobilière ;

  • activités libérales réglementées (ex : avocat, médecin, expert-comptable…) ;

  • activités relevant de la sécurité sociale des artistes ou auteurs.

Par ailleurs, la micro-entreprise n’est pas forcément le meilleur choix pour votre projet. Si vous avez des charges importantes, l’entreprise individuelle (EI) est plus intéressante.

2. Négliger les règles de cumul d’activités

Vous souhaitez créer votre micro-entreprise en conservant une activité salariée ? Vous devez vérifier si cela est autorisé dans votre contrat de travail. Celui-ci peut contenir des clauses de non-concurrence ou d’exclusivité. 

💡

Même en l’absence de ces clauses, il est conseillé d’informer votre employeur afin d’éviter tout conflit d’intérêt.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Gérez plusieurs activités avec vos sous-comptes Shine.

Découvrir Shine

3. Effectuer les démarches sur le mauvais site

Choisir le bon site pour vos démarches de micro-entreprise est crucial. Avant 2019, il y avait différents sites officiels selon l'activité exercée. Aujourd'hui, pour éviter toute confusion ou risque de fraude, toutes les inscriptions se font sur le guichet unique

C'est la plateforme officielle pour l'immatriculation des micro-entrepreneurs, indépendamment de la nature de leur activité. Seul le guichet unique vous assure une démarche sécurisée et conforme

4. Renseigner un code APE erroné

Le code APE identifie votre Activité Principale Exercée et est attribué par l'INSEE. Il est déterminé en fonction des activités décrites à l'inscription. En vous renseignant au préalable sur le code APE correspondant à votre activité, vous éviterez de mauvaises surprises. 

Si vous exercez plusieurs activités, le code APE sera celui de l'activité principale, c'est-à-dire celle générant le plus de chiffre d'affaires. Une bonne compréhension de ce système permet d'assurer une immatriculation adéquate et éviter tout classement erroné.

5. Oublier de demander l’ACRE

Demander l'aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE) est un pas crucial lors de la création de votre micro-entreprise. Ce dispositif offre une exonération partielle de charges sociales durant la première année d'activité. Depuis 2020, l'ACRE n'est plus attribuée automatiquement

Vous devez la demander en remplissant un formulaire spécifique lors de l'inscription ou dans les 45 jours qui suivent. Ne pas le faire pourrait vous priver d'une réduction significative des cotisations sociales.

6. Créer sa micro-entreprise à un moment inopportun

Le choix de la date de création de votre micro-entreprise est stratégique. Il est judicieux de démarrer en début de trimestre civil, c’est-à-dire en janvier, avril, juillet ou octobre. Cela vous permet de maximiser les bénéfices des exonérations de cotisations sociales et de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE). 

Cette planification est particulièrement avantageuse si vous bénéficiez de l'ACRE. Une bonne synchronisation peut ainsi optimiser vos avantages financiers dès le début de votre activité.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Tous nos articles pour lancer votre entreprise.

7. Se tromper dans la périodicité des déclarations de recettes

Lors de votre inscription en tant que micro-entrepreneur·se, vous devez choisir entre une déclaration mensuelle ou trimestrielle de vos recettes. Cette décision peut influencer vos allocations de Pôle Emploi ou de la CAF. Une périodicité mal adaptée à votre situation peut complexifier ces versements. 

Vous devez aussi penser au mode de paiement

  • mandat de prélèvement bancaire, pour un prélèvement le mois suivant ;

  • ou paiement immédiat par carte bancaire. 

Une sélection réfléchie facilite la gestion de vos finances.

8. Choisir une mauvaise option pour le versement de l’Impôt sur le revenu

Lors de l'inscription en micro-entreprise, choisir le versement libératoire de l'Impôt sur le Revenu (IR) demande réflexion. Si votre revenu fiscal de référence est élevé, cette option peut être avantageuse, vous imposant à un taux réduit sur votre chiffre d’affaires plutôt que selon le barème progressif. 

En revanche, si vous êtes peu ou pas imposable, il vaut mieux ne pas opter pour le versement libératoire et rester sur le barème progressif. Votre situation fiscale personnelle détermine donc le choix le plus bénéfique.

9. Négliger la comptabilité

En micro-entreprise, les obligations comptables sont minimes mais essentielles à respecter. 

Vous devez tenir un livre des recettes qui détaille vos encaissements : 

  • montant ;

  • origine ;

  • mode de paiement ;

  • date d’encaissement ;

  • références de factures. 

Aucune modification ou rature n’est tolérée. Pour les activités d'achat-revente, un registre des achats est aussi requis, suivant les mêmes normes que le livre des recettes. Cette gestion comptable ordonnée est vitale pour la conformité et l'efficacité de votre entreprise.

10. Ne pas ouvrir de compte bancaire professionnel

Dissocier votre compte personnel et votre compte professionnel est conseillé, même en micro-entreprise. Cette séparation facilite la gestion et assure la conformité de vos finances.

Si votre chiffre d'affaires dépasse 10 000 € pendant 2 années consécutives, il devient même obligatoire d’ouvrir un compte dédié à votre activité. Celui-ci peut être un second compte personnel ou un compte professionnel. L’avantage du compte pro, c’est qu’il vous donnera accès à de nombreuses fonctionnalités utiles

Par exemple, avec le compte pro Shine pour auto-entrepreneur

  • vous bénéficierez d’un outil de facturation et comptabilité intégré et super simple à utiliser ; 

  • des juristes seront disponibles 6j/7 par téléphone pour répondre à toutes vos questions juridiques ; 

  • une assistance administrative sera disponible 7j/7 ; 

  • vous accéderez à des assurances exclusives : matériel, téléphone et hospitalisation ; 

  • vous recevrez des rappels automatiques lorsqu’une démarche administrative devra être faite… 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Le compte pro qui simplifie le quotidien des auto-entrepreneur·es.

Récap’ des erreurs à éviter à la création d’une micro-entreprise

Code APE, obligations comptables, ACRE et déclaration de recettes n’ont plus de secrets pour vous ! 

Vous êtes armé·e pour éviter les pièges courants du micro-entrepreneuriat ! 🔫

Pour des démarches encore plus sereines, voici les documents obligatoires pour créer votre micro-entreprise.

Notre offre Shine Start vous permet de lancer votre micro-entreprise en quelques clics et de profiter d’un compte pro en ligne.

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

actualite-plafond-tva-ca-modification

Micro-entreprise

Micro-entreprise : quels sont les plafonds à respecter ?

13 mars 2023

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Ne pas vérifier la compatibilité entre votre activité et la micro-entreprise
2. Négliger les règles de cumul d’activités