Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Assemblée générale non tenue : quels sont les risques ?

Aurore Rimbod
par Aurore Rimbod Publié le 11 juin 20244 min. de lect

L’obligation de convoquer les associé·es à une assemblée générale peut intervenir à différents moments de la vie d’une société. Il peut s’agir de l’assemblée générale annuelle concernant la gestion de la société ou d’une assemblée générale extraordinaire liée à un évènement particulier. Dans tous les cas, vous avez l’obligation de l’organiser. Si vous ne le faites pas, vous vous exposez à quelques sanctions. Découvrons-les ensemble ! 

Sommaire
1. Les sanctions civiles
assemblee-generale-non-tenue-sanctions

1. Les sanctions civiles

Les sociétés doivent tenir une assemblée générale à minima une fois par an pour approuver la gestion (assemblée générale ordinaire). D’autres assemblées générales peuvent être organisées dans l’année en cas de survenance d’un événement comme une modification statutaire (assemblée générale extraordinaire). 

Les associé·es doivent être obligatoirement convoqués par les dirigeant·es de la société. 

En cas de non-respect des règles de convocation ou de non tenue des assemblées générales, les dirigeant·es de la société peuvent être tenu·es responsables civilement

Les associé·es peuvent demander à ce que les dirigeant·es réparent le préjudice subi par la société via, notamment, le paiement de dommages et intérêts

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

2. Les sanctions pénales

Pour rappel, les assemblées générales sont obligatoires, quel que soit le statut juridique de la société (SAS, SASU, SARL, etc).

En cas de non-respect des règles de convocation ou de non tenue des assemblées générales, les dirigeant·es de la société peuvent être tenu·es responsables pénalement

Selon la gravité de l’infraction commise, les sanctions peuvent aller de la condamnation à une amende et même jusqu’à la peine d’emprisonnement. 

Ainsi, omettre de tenir une assemblée générale annuelle peut exposer les dirigeant·es à une amende pouvant aller jusqu'à 9 000 € par assemblée non organisée

3. L’annulation des décisions prises en assemblée générale

Si les règles de convocation et de tenue des assemblées générales ne sont pas respectées, une sanction indirecte peut s’appliquer. 

En cas de manquement dans l’organisation d’une assemblée générale, les décisions prises lors de celle-ci peuvent être annulées.

La nullité des décisions peut être demandée par tout associé·e estimant que les règles n’ont pas été respectées.  

Absence du registre des assemblées générales : quels sont les risques ?

Toutes les sociétés civiles et commerciales doivent tenir un registre des assemblées générales. La durée de conservation de ce document est de 6 ans à compter de la dernière décision mentionnée. Ce registre constitue une preuve de la tenue des assemblées générales. 

Le registre des assemblées doit être coté et paraphé par le greffe du tribunal dont dépend le siège social de la société, ou, à défaut du maire de la ville. 

Le cas des SA

Dans les SA (société anonyme), les dirigeant·es s’exposent à des sanctions en cas de mauvaise tenue du registre des assemblées

Les autres sociétés

Dans les autres types de sociétés, tenir un registre des assemblées générales est obligatoire. Cependant, aucune sanction directe n’est prévue en cas de mauvaise gestion ou d’absence de registre. 

⚠️ Même si aucune sanction n’est prévue, il ne faut surtout pas négliger la tenue du registre. En effet, il s’agit de l’un des premiers documents à être requis en cas de contrôle fiscal.

De plus, certaines sanctions indirectes peuvent découler d’une absence ou d’une mauvaise tenue du registre des assemblées : 

  1. tout intéressé peut demander l’annulation des décisions prises en assemblée qui ne se trouvent pas consignées dans le registre ;

  2. la non tenue ou la mauvaise tenue du registre des assemblées peut être assimilée à une faute de gestion engageant la responsabilité personnelle du dirigeant ou de la dirigeante ; 

  3. en cas de falsification des informations mentionnées dans le registre des assemblées, les dirigeant·es s’exposent à une sanction pénale :  jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende pour faux et usage de faux. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

2 emails par mois pour avancer dans votre aventure entrepreneuriale.

Récap’ des sanctions en cas de non tenue d’une AG

En cas de non-respect des règles de tenue d’une assemblée générale en société, vous vous exposez aux sanctions suivantes : 

  1. sanction civile pour non tenue d’une assemblée : les dirigeant·es s’exposent au paiement de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi par la société ; 

  2. sanction pénale pour non tenue d’une assemblée : les dirigeant·es s’exposent à une amende pouvant aller jusqu'à 9 000 € par assemblée non organisée voire une peine de prison dans les cas les plus graves ; 

  3. non-respect des règles de tenue des assemblées : les décisions prises durant ces assemblées peuvent être annulées ; 

  4. non tenue du registre des assemblées : aucune sanction directe pour les sociétés mais des sanctions indirectes peuvent en découler (sauf pour les SA où des sanctions directes s’appliquent). 

Et maintenant, voici diverses ressources pour gérer votre entreprise avec brio

Vous avez besoin d’aide concernant la gestion administrative de votre société ? Nos experts sont là pour vous aider !

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

formalites-modifier-raison-sociale

Formalités juridiques

Comment modifier la raison sociale de sa société ?

19 juil. 2023

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 100 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.6 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Les sanctions civiles
2. Les sanctions pénales