Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Profession libérale et micro-entreprise : le guide complet

Olivia Mahieu
par Olivia Mahieu Publié le 31 janvier 2023Mis à jour le 26 juin 20235 min. de lect

Exercer une profession libérale et choisir le statut juridique de la micro-entreprise, c’est possible, mais pas dans tous les cas ! Par exemple, les professions d’infirmier·e libéral·e et d’avocat·e sont incompatibles avec le statut de micro-entrepreneur. Zoom sur les exceptions et les particularités qui définissent le combo profession libérale et micro-entreprise ! 🔎

Sommaire

Les activités libérales, c’est quoi ?

Retraite, cotisations sociales & chiffre d’affaires

Fiscalité

TVA

Profession libérale et micro-entreprise : le récap’

profession-liberale-auto-entreprise

Les activités libérales, c’est quoi ?

 L’article 29-I de la loi du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives définit ainsi les professions libérales : 

“Les professions libérales groupent les personnes exerçant à titre habituel, de manière indépendante et sous leur responsabilité, une activité de nature généralement civile ayant pour objet d’assurer (…) des prestations principalement intellectuelles, techniques ou de soins mises en œuvre au moyen de qualifications professionnelles appropriées (…) sans préjudice des dispositions législatives applicables aux autres formes de travail indépendant.”

On distingue les professions libérales réglementées et les professions libérales non réglementées.

Les professions libérales réglementées

Les professions libérales réglementées répondent à des conditions d’exercice particulières (comme des règles déontologiques visées par un code professionnel ou des instances professionnelles). Elles sont soumises à des conditions d’accès (un diplôme ou un agrément).

Citons quelques professions libérales réglementées : 

  • Architectes ;

  • Expert·e·s devant les tribunaux ;

  • Diététicien·ne·s ;

  • Géomètres ;

  • Guides-conférencier·e·s ;

  • Guides de haute montagne ;

  • Accompagnateurs et accompagnatrices de moyenne montagne ;

  • Moniteurs et monitrices de ski ;

  • Mandataires judiciaires à la protection des majeurs ;

  • Ostéopathes ; 

  • Psychologues ;

  • Psychothérapeutes. 

De manière générale, les professions libérales réglementées ne sont pas compatibles avec le statut de micro-entreprise ! ❌

Certaines professions libérales sont carrément interdites avec le statut de la micro-entreprise : 

  • Les professions juridiques comme les avocat·e·s ; 

  • Les professions relevant du Code de la santé comme les médecins, les dentistes, les infirmier·e·s, par exemple ;

  • Les expert·e·s-comptables ou les agents généraux en assurance.

🩺

Quatre métiers du secteur de la santé sont compatibles avec le statut de micro-entrepreneur : psychologue, ergothérapeute, psychomotricien et diététicien. 

Les professions libérales non réglementées

Si votre activité ne dépend pas d’un code ou d’instances professionnelles, elle n’est pas réglementée. Les métiers de la rédaction et de la création graphique, par exemple, sont des activités libérales non réglementées. Elles peuvent donc être exercées sous le statut de la micro-entreprise.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Le compte pro pour gérer simplement vos finances en libéral.

Découvrir Shine

Retraite, cotisations sociales & chiffre d’affaires

La retraite des professions libérales exercées en micro-entreprise


Selon la date d’immatriculation de votre micro-entreprise, les règles sont différentes.

👉 Votre micro-entreprise a été créée après le 1er janvier 2018 

Dans ce cas de figure, vous êtes affilié·e à l’Assurance retraite du régime général

👉 Votre micro-entreprise a été créée avant le 1er janvier 2018 

Ici, vous êtes rattaché·e à la CIPAV

💡

Vous pouvez demander votre rattachement au régime général avant le décembre 2023.

Les cotisations sociales des professions libérales exercées en micro-entreprise

Si vous exercez une profession libérale et que vous choisissez la micro-entreprise, votre statut sera celui de travailleur·se non-salarié·e (TNS)

Votre protection sociale sera gérée par la Sécurité sociale des indépendants (SSI) pour tout ce qui concerne : 

  • L’assurance maladie ;

  • La maternité ;

  • Les indemnités journalières ;

  • Les allocations familiales ;

  • L’assurance vieillesse-invalidité ;

  • Et le droit à la formation professionnelle. 

En micro-entreprise, les professionnel·le·s ne cotisent pas à l'assurance chômage ! ⚠️

Comme pour toutes les autres professions exercées sous le statut de la micro-entreprise, c’est le ou la professionnel·le qui s’acquitte de ses cotisations sociales. Vous devrez effectuer votre déclaration de chiffre d’affaires auprès de l’URSSAF, chaque mois ou chaque trimestre.

Plafond de chiffre d'affaires en micro-entreprise

Le plafond de chiffre d’affaires en tant que micro-entrepreneur·se libéral·e est de 77 700 €. L'administration autorise le dépassement de ce CA une seule année. 

Si le seuil est dépassé deux années consécutives, le statut de la micro-entreprise se transforme directement en entreprise individuelle l’année suivante.

Sur ce chiffre d'affaires, l'URSSAF applique un pourcentage avant de prélever le montant correspondant aux cotisations : 

  • Si vous êtes affilié·e à la SSI, le taux est de 22 % ;

  • Si vous êtes affilié·es à la CIPAV, le taux est de 22,2 %.

Les micro-entrepreneur·e·s versent également une Contribution à la Formation Professionnelle (CFP) fixée à 0,20 %. Elle participe à leur compte professionnel de formation. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Devenez auto-entrepreneur·e avec Shine.

Fiscalité

En micro-entreprise, les professionnel·le·s sont soumis·e·s à l’impôt sur le revenu. 

Deux options sont possibles pour l’imposition des résultats : 

1. L’imposition au barème progressif

Dans le chiffre d’affaires que vous allez déclarer chaque mois ou chaque trimestre, vous allez inclure vos charges, non déductibles en micro-entreprise. Pour pallier ce fonctionnement, l’administration fiscale va appliquer un abattement forfaitaire sur le CA. 

Comme les revenus des professionnels libéraux relèvent des bénéfices non commerciaux (BNC). Le taux de l’abattement forfaitaire est de 34 %.

On parle de micro-BNC

C’est après cet abattement que l’administration fiscale va calculer le montant de votre impôt selon le barème progressif. 

L’imposition au barème progressif est le fonctionnement par défaut des micro-entrepreneur·e·s qui peuvent toutefois faire un autre choix.

2. Le versement forfaitaire libératoire

Si vous activez cette option, vous réglerez votre impôt sur le revenu (IR) en même temps que vos cotisations sociales

Le montant de l'impôt sera alors calculé en appliquant un taux sur le chiffre d’affaires que vous déclarez chaque mois ou trimestre à l’URSSAF. 

Cette option est ouverte aux micro-entrepreneur·ses dont le revenu fiscal de référence n'excède pas 25 710 € par part de quotient familial chaque année. Elle est intéressante que si vous n’êtes pas imposable.  

TVA

Les micro-entrepreneur·e·s bénéficient d’une franchise en base de TVA. Elles ne facturent donc pas la TVA à leurs client·e·s. 

Pour bénéficier du plafond de franchise de TVA, votre chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 34 400 € (il existe un seuil de tolérance entre 34 400 € et 36 500 €). 

Si vous dépassez ce plafond, vous êtes automatiquement assujetti·e à la TVA. Dès lors, vous devrez facturer la TVA à vos client·e·s dès le 1er jour du mois de dépassement du plafond. De même, vous devrez déclarer la TVA collectée auprès de l'administration fiscale. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre entreprise en ligne avec Shine.

Profession libérale et micro-entreprise : le récap’

Choisir son statut juridique est toujours une étape complexe ! 

Pour le choisir au mieux, vous devrez prendre en compte divers critères comme : 

  • Votre situation personnelle ; 

  • Les cotisations sociales ; 

  • Le régime d’imposition ; 

  • Les spécificités de gestion de l’entreprise ; 

  • Le nombre d’associé·e·s, etc.

Désormais, vous savez que toutes les professions libérales non réglementées sont compatibles avec le statut de micro-entrepreneur et que seules certaines activités libérales réglementées se pratiquent en micro-entreprise. 

Vous vous sentez prêt·e à vous lancer ? Nous vous accompagnons dans toutes vos démarches pour vous faciliter la vie en libéral.

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

Créer sa micro-entreprise : le budget.

Micro-entreprise

Coût de création d’une micro-entreprise : ce qu’il faut savoir

01 févr. 2023

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
Les activités libérales, c’est quoi ?
Retraite, cotisations sociales & chiffre d’affaires
Fiscalité
TVA
Profession libérale et micro-entreprise : le récap’