Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine mobile

Ouverture d’un cabinet de gynécologie : le guide complet

amandine-dujardin
par Amandine Dujardin Publié le 20 mars 2023Mis à jour le 23 mai 20245 min. de lect

Ouvrir un cabinet de gynécologie médicale et obstétrique est un projet fascinant. Dès vos premières consultations, vous pourrez aider les couples à mieux se protéger, à concevoir, à préparer l’arrivée d’un nouveau-né... Mais avant, quelques étapes s’imposent. À travers ce guide, nous allons tout vous dire sur la réglementation propre à votre profession et sur les formalités de création d’entreprise ! 🤰

Sommaire
ouvrir-cabinet-gynecologie

1. Se former et s’informer

Pour vous installer en tant que gynécologue libéral·e, vous devrez être titulaire d’un diplôme en gynécologie. Vous devrez donc réaliser des études de médecine et vous spécialiser en obstétrique via un DES (diplôme d’études spécialisées)

Onze années seront nécessaires pour devenir spécialiste en gynécologie. 

👉 Vous devrez agir en conformité avec la charte de la consultation en gynécologie ou en obstétrique proposée par le CNGOF. Elle stipule, par exemple, qu’un accord oral de la femme doit être recueilli avant tout examen clinique.

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Créez votre entreprise en ligne avec Shine.

Découvrir nos offres

2. Réaliser une étude de marché

5 636 gynécologues-obstétriciens étaient en activité en France en 2022. En moyenne, il y avait donc 8,4 gynécologues-obstétriciens pour 100 000 habitants la même année. Cette donnée est encore plus faible dans certaines régions comme la Haute-Normandie, le Sud Ouest et la Bourgogne où le manque de gynécologues se fait sentir. 

D’autres régions comptent davantage de gynécologues comme l’Alsace, la Guadeloupe,  la Martinique, l’Île-de-France et la région PACA. 

Dans ces zones géographiques, il peut être bon de réaliser une étude de marché locale afin de déterminer : 

  • Qui sont vos confrères et consoeurs ; 

  • Où se trouvent leurs cabinets de gynécologie ; 

  • S’ils prennent de nouvelles clientes ou non ; 

  • S’ils exercent à l'hôpital, en libéral ou les deux ;

  • Quels tarifs ils pratiquent, etc. 

3. Choisir son statut juridique

Plusieurs statuts juridiques pour professions libérales réglementées sont envisageables. Découvrons-les ensemble ! 

L’entreprise individuelle (EI)

Vous ne souhaitez pas vous associer, ni ouvrir une société ? L’entreprise individuelle (EI) est donc un excellent choix. 

En tant que TNS (travailleurs non salariés), vous devrez vous affilier à

  • L’URSSAF (c’est à l’URSSAF que vous devrez déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois) ;

  • Le RSI (régime social des indépendants) ; 

  • Et la CARMF (Caisse de Retraite Autonome des Médecins de France).

La Société Civile de Moyen (SCM)

Dans le cadre d’une SCM, vous pourrez mutualiser du personnel et réaliser collectivement des investissements. Concrètement, vous pourrez vous associer à d’autres professionnels libéraux (dentistes, médecins, kinésithérapeutes) et partager un·e secrétaire. 

La Société Civile Professionnelle (SCP)

Si la SCM se limite à la mise en commun de moyens, ce n’est pas le cas de la SCP. Dans une société civile professionnelle, vous partagerez également vos recettes avec vos associé·e·s. Tous les associé·e·s d’une SCP sont responsables solidairement des dettes de la société. 

La Société d’Exercice Libéral (SEL)

La SEL se décline sous différentes formes

  • SEL (Société d'exercice libéral) ; 

  • SELURL ou SELARLU (Société d'exercice libéral unipersonnelle à responsabilité limitée) ;

  • SELAFA (Société d'Exercice Libéral à Forme Anonyme) ;

  • SELARL (Société d'Exercice Libéral à Responsabilité Limitée).

Calquée sur le fonctionnement des sociétés commerciales comme la SARL, la SEL exige un travail administratif plus lourd qu’une EI. Quant à votre responsabilité, elle sera limitée au montant de votre apport au capital. 

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Le compte pro tout-en-un pour votre activité paramédicale.

4. Conventionné ou non conventionné ?

Lors de leur installation, les gynécologues libéraux peuvent trancher entre les secteurs 1 et 2. 

Secteur 1 (conventionné)

Les tarifs du secteur 1 sont fixés par l'Assurance maladie. Votre clientèle obtiendra donc un remboursement optimal de la Sécurité sociale et de sa mutuelle santé. 

Prudence tout de même : ce choix est irrévocable ! ⚠️

Vous pourrez passer du secteur 2 au secteur 1, mais pas l’inverse. 

Secteur 2 (non conventionné)

Les professionnel·le·s de santé conventionné·e·s secteur 2 fixent librement leurs tarifs. Certain·e·s praticien·ne·s très demandé·e·s pratiquent des  dépassements d’honoraires parfois conséquents. 

Le chiffre choc 💥

Près de 45 % des gynécologues installés dans les villes françaises les plus importantes pratiquent un tarif de consultation supérieur à 60 € en secteur 2, soit deux fois le coût d’une consultation gynécologique en secteur 1.

5. Financer un local et des équipements

Qu’il s’agisse d’une location ou d’un achat, vous devrez financer l'acquisition d’un local pour votre cabinet de gynécologie. Vous pouvez aussi décider de rejoindre un cabinet médical de votre ville si une place est vacante. 

Une fois votre cabinet accessible PMR acquis, vous devrez le meubler avec des équipements indispensables tels que : 

  • Une table d’examen ; 

  • Un bureau et trois chaises (une pour vous et au moins deux pour vos client·e·s ;

  • Un échographe gynéco-obstétrical ; 

  • Un système informatique permettant de gérer le tiers payant et de télétransmettre les feuilles de soins ;

  • Des spéculums, etc. 

6. Effectuer les démarches administratives

En vrac, voici quelques démarches administratives indispensables à l’exercice de votre activité de gynécologue : 

👉 Souscrire une assurance RC Gynécologue obstétricien

👉 Ouvrir un compte pro

👉 S’inscrire au tableau de l'Ordre des médecins ; 

👉 Adhérer à la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France (CARMF) ;

👉 Contacter l'Assurance Maladie pour faire enregistrer votre exercice libéral ;

👉 Communiquer votre lieu d’exercice à la Caisse d’Allocations Familiales (CAF).

7. Faire connaître son cabinet de gynécologie

Déjà à la septième étape ? Bonne nouvelle : c’est la dernière ! 🎊

Pour ne pas vous tourner les pouces pendant plusieurs semaines, il est essentiel d’informer les habitant·e·s de votre ville de votre installation récente. 

Nous vous conseillons de publier un communiqué dans le journal de la ville, d’être actif sur les réseaux sociaux (comme Facebook) et de vous inscrire sur Doctolib.

Vous pouvez aussi téléphoner à vos confrères et à vos consoeurs. Si ces gynécologues possèdent une clientèle fidèle et n’acceptent pas les nouvelles patientes, ils pourraient tout à fait recommander vos services pour vous venir en aide.  

Ouvrir un cabinet de gynécologie : le récap’ !

Désormais, vous êtes fin prêt·e à ouvrir votre cabinet de gynécologie

Pour rappel, voici les sept étapes à suivre :

1️⃣ Se former et s’informer ; 

2️⃣ Réaliser une étude de marché ;

3️⃣ Choisir son statut juridique ; 

4️⃣ Être conventionné ou non ; 

5️⃣ Financer un local et des équipements spécialisés ; 

6️⃣ Effectuer quelques démarches administratives et légales obligatoires ; 

7️⃣ Faire connaître son cabinet de gynécologie. 

Oh et on allait presque oublier… 

À la deuxième étape, vous aurez probablement besoin d’établir un prévisionnel financier pour pronostiquer le montant des frais à investir ! 💸

👉 Pour passer de la théorie à la pratique, vous pouvez créer votre entreprise en douceur avec Shine.

Questions fréquentes

Compte pro Shine
shine-logo-rebranding-noir-fond-blanc

Un compte pro complet pensé pour vous.

Découvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

ouvrir-cabinet-kinesitherapeute

Santé

Comment ouvrir un cabinet de kinésithérapeute ?

08 févr. 2023

Les tops articles de Copilote

Le compte pro qui en fait plus

+ de 12 100 avis

4.8 / 5 sur App Store

4.6 / 5 sur Google Play

4.6 / 5 sur Trustpilot

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Copilote sur YouTube

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
1. Se former et s’informer
2. Réaliser une étude de marché