Copilote

Toutes les ressources pour votre entreprise

by Shine

Fabien Baron : d’ingénieur salarié à youtuber freelance

Chloé Durand
par Chloé Durand Publié le 11 mai 2018Mis à jour le 5 août 20223 min. de lect

Fabien a été l’un de nos bêta-testeurs, et nous nous suivons respectivement depuis nos débuts ! Il nous raconte sa nouvelle vie de freelance, d’ingénieur à youtuber. C’est un néo-indépendant qui n’a pas suivi de chemin tout tracé.

Sommaire

De Télécom à télé et com

Pourquoi être freelance c’est cool ?

Est-ce qu’être freelance, parfois c’est moins cool ?

Le changement maintenant, d’accord, mais vers quoi ?

Des inspirations dans le monde de l’entrepreneuriat ?

D’où travailler quand on se lance ?

Avec quels outils est-ce qu’on se lance en vidéaste freelance ?

Et qu’est-ce qu’on écoute ?

De Télécom à télé et com

A l’origine, Fabien est télécom. Il a une formation d’ingénieur télécom qu’il a suivie à Télécom Sud Paris, et après ses études, il a travaillé quatre ans pour une start-up… Télécom. Mais sa vraie passion, depuis le lycée, c’est la vidéo. Et à force de voir les copains se lancer en freelance, Fabien a le déclic et décide de foncer et de vivre de sa passion. Après une rupture conventionnelle de son CDI, il crée son activité en octobre 2017 et devient vidéaste professionnel en freelance.

Pourquoi être freelance c’est cool ?

Comme il vient de lancer son activité, Fabien peut prendre le temps. Il a encore le luxe de choisir ses créneaux de travail, et tant mieux ! L’oiseau de nuit en lui trouve pratique d’avoir la liberté de dormir le matin et travailler tard la nuit. Intéressé par la vidéo, mais aussi par l’entrepreneuriat, il savoure le lancement et le développement de ses projets « 100% à l’huile de coude » !

Être freelance, c’est aussi pouvoir faire des choses pour soi. Et le truc de Fabien, ce sont les vlogs. Comme il le dit si bien, « c’est mon kiff, c’est ça aussi ma liberté ! ».

Est-ce qu’être freelance, parfois c’est moins cool ?

Fabien est phobique administratif. Et c’est (aussi) pour ça qu’il aime le blog de Shine ! Sa déclaration de revenus a été compliquée (malheureusement nous n’avons pas publié assez vite notre article pour le sauver…) et chaque devis, facture, ou minute de comptabilité à faire est une angoisse. Alors pouvoir gérer tout ça depuis une application… « C’est bien pratique ! ».

Le changement maintenant, d’accord, mais vers quoi ?

En quittant la startup dans laquelle il travaillait, Fabien a suivi une formation Switch Collective sur six semaines, qui accompagne des personnes dans leur reconversion : l’occasion d’avoir un suivi et de réfléchir à son avenir professionnel. Cette formation lui a permis de clarifier ses réflexions.

Son activité est scindée en deux : il y a une chaîne Youtube, sur laquelle il documente, en vidéo, son parcours, et une activité de vidéaste. Sa chaîne est un moyen de se perfectionner, de s’entraîner, mais aussi de convertir, de trouver de nouveaux clients, même s’il n’a pas encore des milliers d’abonnés. L’objectif à long terme n’est pas fixé, Fabien reste ouvert à de nouvelles aventures ! Pour son activité de vidéaste, il se sert de son réseau, entre copains ayant des studios, et événements (comme les apéros Shine, qu’il fréquente assidûment !) où Fabien rencontre de nouvelles personnes.

Des inspirations dans le monde de l’entrepreneuriat ?

A l’origine, le but, c’était de vivre de Youtube. Ses modèles étaient des américains comme Casey Neistat, ou Peter McKinnon. Mais il a vite réalisé que ce dernier semblait n’avoir créé sa chaîne que dans l’optique d’attirer du monde sur son application. Fabien réalise l’ampleur du challenge : ce n’est pas parce qu’un public aime vos vidéos Youtube qu’il est facile de trouver des clients !

D’où travailler quand on se lance ?

La transition de lieu a été facile pour Fabien : dans sa startup, il travaillait un peu d’où il voulait. Chez les clients, dans des bars, au bureau… Le plus difficile a été d’organiser ses journées, Fabien étant, comme nous l’avons vu, du genre nocturne. Il a choisi de découper ses journées en deux. La première moitié de la journée est consacrée à la réflexion (script, prospection) et l’après-midi à l’action (montage, tournage).

Avec quels outils est-ce qu’on se lance en vidéaste freelance ?

Sa caméra, son micro et Shine ! Sans oublier Youtube qui est son inspiration et son outil de partage. D’un point de vue plus pratique, il utilise la suite Adobe : Première Pro, Photoshop, Audition, After Effect… L’un de ses défis est l’animation de ses réseaux sociaux, Facebook et Instagram.

Et qu’est-ce qu’on écoute ?

Fabien n’est pas mainstream, il écoute sa playlist Soundcloud, que vous pouvez retrouver ici.

Où le suivre ? -> Vous trouverez ici un lien vers ta chaine Youtube.

Global Card
Shine

Le compte pro qui simplifie le quotidien des entrepreneurs

Decouvrir Shine

Ceci peut aussi vous intéresser

Paroles d'entrepreneurs

Shiny Happy People : Jocelyn Caron

5 min · 29 nov. 2017

Les tops articles de Copilote

Retrouvez-nous sur les réseaux !

Ressources

  • Blog Copilote

  • Newsletter

  • Workshops et vidéos

  • Communauté

Shine, société immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 828 701 557, exploitant le nom commercial Shine, agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») (agrément consultable dans le Registre des agents financiers - www.regafi.fr) en tant qu’établissement de paiement sous le numéro 71758 et enregistré sous le numéro 828701557 en tant qu’agent de services de paiement de l’établissement de monnaie électronique Treezor, dont le siège social est situé 33 avenue de Wagram, 75017 Paris.

Sommaire
De Télécom à télé et com
Pourquoi être freelance c’est cool ?
Est-ce qu’être freelance, parfois c’est moins cool ?
Le changement maintenant, d’accord, mais vers quoi ?
Des inspirations dans le monde de l’entrepreneuriat ?
D’où travailler quand on se lance ?
Avec quels outils est-ce qu’on se lance en vidéaste freelance ?
Et qu’est-ce qu’on écoute ?